Arria et Pœtus de Vincent acquis par le Saint Louis Art Museum Contenu abonnés


Cet articles est actuellement réservé aux abonnés à La Tribune de l’Art.

JPEG - 37.6 ko
1. François-André Vincent (1746-1816)
Arria et Pœtus se donnant la mort, 1785
Huile sur toile - 322 x 257 cm
Amiens, Musée de Picardie
Photo : Musée de Picardie

15/2/09 – Acquisition – Saint-Louis, Art Museum – François-André Vincent exposa deux toiles représentant Arria et Pœtus au Salon de 1785. Cet exemplum virtutis est tiré d’une anecdote survenue en 45 de notre ère et racontée par Pline le jeune. Emprisonné et condamné à mort par l’empereur Claude pour avoir soutenu la révolte de Scribonianus en Illyrie, Pœtus hésite à choisir une fin moins déshonorante ; sa femme affermit son courage en se suicidant à l’aide d’un poignard. La grande toile en hauteur, commandée par le roi pour servir de modèle de tapisserie à la manufacture des Gobelins, est conservée au musée d’Amiens1 (ill.…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Rétablissement de l’avis conforme des ABF par le Conseil Constitutionnel

Article suivant dans Brèves : Des historiens de l’art en « grève active » devant le Panthéon