Adolphe Willette (1857-1926). « J’étais bien plus heureux quand j’étais malheureux » Contenu abonnés


L’Isle-Adam, Musée d’Art et d’Histoire Louis-Senlecq, 15 juin au 28 septembre 2014

JPEG - 1.9 Mo
1. Marcellin Desboutin
Portrait d’Adolphe Willette 1896
Pointe sèche
Paris, INHA
Photo : INHA, RMNGP

Au clair de la lune, mon ami Pierrot… a un teint macabre, rongé par les vers de Verlaine : « Ce n’est plus le rêveur lunaire du vieil air/ […] Et son spectre aujourd’hui nous hante, mince et clair »1. Paul-Napoléon Roinard préfère rire jaune : « Au clair de la lune / La lune en zéro / A l’air d’une thune / Et rit de Pierrot », dans un poème qu’il dédie au peintre Adolphe Willette.
Willette, en effet, fit de Pierrot son double. En témoigne son portrait gravé par Marcellin Desboutin (ill. 1), présenté au Salon de 1896, qui le montre en pied, vêtu d’un costume noir et blanc, plus apprêté que le Gilles de Watteau ; un chat noir rappelle le rôle qu’il joua au cœur de Montmartre2. Ce personnage de la Commedia dell’Arte hante l’œuvre de Willette tout au long de sa carrière, facétieux et mélancolique, Pierrot blanc, Pierrot noir.

Le Musée d’Art et d’Histoire Louis-Senlecq, en collaboration avec le Musée Félicien Rops, consacre une rétrospective à cet artiste que les amours ont mené un temps à l’Isle-Adam. Quelques dessins et documents conservés dans les collections ont été complétés par l’acquisition récente d’un tableau (voir la brève du 4/4/14). Le parcours thématique met en valeur un œuvre foisonnant - donc inégal - constitué de peintures, de décors, de dessins de presse, d’affiches, d’illustrations, qui résonnent les uns avec les autres, Willette s’inspirant d’un dessin pour une peinture et inversement. C’est dans les années 1884-1890 qu’il sut se montrer novateur avant de se laisser aller à la facilité.


JPEG - 1.9 Mo
2. Adolphe Willette
« Pierrot amoureux »
Le Chat noir n°13
8 avril 1882
Paris, Musée de Montmartre
JPEG - 1.9 Mo
3. Adolphe Willette
Enfin ! Voilà le choléra
Planche n°15 de Pauvre Pierrot, 1885
Aquatinte - 32,5 x 25 cm
L’Isle-Adam, Musée d’Art et d’Histoire Louis-Senlecq

Au fil des salles, on découvre ses contradictions, à la fois élève de Cabanel et figure de la bohème montmartroise, qui aspira a une reconnaissance au Salon tout en critiquant les institutions, mena une vie débridée pour finir dévot… Se renommée a été entachée par ses opinions antisémites tandis que son œuvre peint est lacunaire : Willette a créé beaucoup de décors pour les cabarets parisiens, qui ont disparu depuis et sont rarement documentés.
Le catalogue n’en est pas vraiment un puisque les œuvres sont dispersées dans les différents textes en guise d’illustrations. S’il n’était pas possible d’accompagner chacune d’elles d’une notice détaillée, certaines auraient mérité qu’on s’y arrête. Néanmoins les essais riches et documentés abordent tous les aspects de sa production tandis que les peintures non localisées sont recensées et reproduites quand cela est possible.
Cette exposition permet non seulement de faire le point sur un artiste peu présent dans les collections publiques qui jouit pourtant d’une notoriété certaine en son temps, mais aussi de faire ressurgir des…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Expositions : Peindre l’Amérique. Les artistes du Nouveau Monde 1830-1900

Article suivant dans Expositions : Bruxelles, une capitale impressionniste