Récentes acquisitions du Musée de la Révolution française à Vizille Contenu abonnés


JPEG - 52.8 ko
1. Antoine Dubost (1769-1825)
Les Adieux de Brutus à Porcie, 1799
Huile sur toile - 114 x 146,5 cm
Vizille, Musée de la Révolution française
Photo : Galerie Michel Descours
Voir l'image dans sa page

20/2/12 - Acquisitions - Vizille, Musée de la Révolution française - Depuis notre dernier article qui lui a été consacré (voir la brève du 4/11/10), le musée de Vizille a notablement enrichi ses collections.
Le premier achat notable (qui vient de se concrétiser) concerne un tableau d’Antoine Dubost (ill.1), peintre néoclassique d’origine lyonnaise, qui fut l’élève de François-André Vincent et exposa à deux reprises au Salon parisien avant d’émigrer en Angleterre en 1806. Il y connut l’année suivante un succès foudroyant à la Royal Academy et fut soutenu par Thomas Hope. Mais après s’être fâché avec celui-ci, et avoir perdu un procès, il fut contraint de rentrer en France, en janvier 1813, ruiné et ses biens confisqués. Son œuvre la plus importante, L’épée de Damoclès, a été retrouvée il y a peu au Musée de Bombay (voir la brève du 30/8/06).
La toile acquise par le Musée de la Révolution française avait déjà été évoquée sur ce site à l’occasion de la dernière exposition de la Galerie Michel Descours1 (voir la brève du 12/12/10). C’est en effet à ce marchand que le musée a acheté l’œuvre qui provient d’Angleterre. Ces Adieux de Brutus et Porcie avaient été exposés par l’artiste au Salon de 1799. Brutus doit fuir après l’assassinat de César. Son épouse Porcie qui l’accompagne jusqu’au navire qui doit l’emmener, aperçoit à cet instant un tableau représentant Les Adieux d’Hector et d’Andromaque. Y voyant alors un présage funèbre - jamais Andromaque ne revit Hector - elle s’évanouit.


JPEG - 84.9 ko
2. Jules Aviat (1844-1931)
Charlotte Corday et Marat, vers 1880
Huile sur toile - 72 x 52 cm
Vizille, Musée de la Révolution française
Photo : Galerie Vincent Lécuyer
Voir l'image dans sa page
JPEG - 80.9 ko
3. Jules Aviat (1844-1931)
Charlotte Corday et Marat, 1880
Huile sur toile - 281 x 200,5 cm

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Un Rembrandt pour Leyde

Article suivant dans Brèves : Un nouveau Picasso pour Grenoble