Millais Contenu abonnés


Londres, Tate Britain, du 26 septembre 2007 au 13 janvier 2008 ; puis Amsterdam, Van Gogh Museum, du 15 février 2008 au 18 mai 2008

JPEG - 71 ko
1. John Everett Millais (1829-1896)
Un Huguenot le jour de la
Saint Barthélémy
, 1851-1852
Huile sur toile - 92,7 x 61,6 cm
Collection Makins
Photo : Wikipedia
Voir l'image dans sa page

Il y a foule à la Tate Britain et l’on ne se sent jamais seul en parcourant les sept salles qui composent cette étonnante exposition. Même les paysages tardifs, dernier moment d’un parcours bien rythmé et parfaitement accroché, séduisent les visiteurs, qui semblent prêts à tout pardonner au chef de l’école préraphaélite. Indéniablement, John Everett Millais a conservé sa puissance d’attraction sur le public anglais. Aucune rupture ou presque dans la réussite d’une carrière qui apporta au peintre fortune et renommée dès la fin des années 1850. Elle s’appuya, on le sait, sur une production abondante et variée, une gestion serrée de la reproduction mécanique et une capacité à atteindre ses admirateurs par tous les moyens. Que n’a-t-on dit des incursions de Millais dans le domaine de la publicité ! Contrairement à certaines rétrospectives, plus enclines à fermer l’horizon qu’à rafraîchir leur corpus de référence, celle de la Tate rappelle la souplesse avec laquelle Millais passait d’un thème à l’autre, changea de manière à volonté après 1860, utilisa aussi bien la photographie que les modèles canoniques de la tradition insulaire, saisit en somme chaque occasion pour épouser les attentes élargies de la société victorienne. Le peintre s’y était préparé très tôt. Le tableau qui le fit connaître en 1846 au public de la Royal Academy, convoquant le souvenir sanglant du massacre des Incas par les catholiques Espagnols, s’accordait aux options esthétiques du romantisme anglais, entre West et Wilkie. Ignorant résolument la frontière des genres et mêlant la grande rhétorique aux détails pittoresques, Millais témoignait à seize ans d’une maîtrise confondante. La scène comme le pinceau sont énergiques, la lumière chaude, « l’effet » très sûr, pour parler comme Géricault…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Expositions : Charles Léandre 1862-1934. Intime et multiple

Article suivant dans Expositions : Rubens, l’atelier du génie. Autour des œuvres du maître aux Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique