Le Colosse définitivement écarté du catalogue de l’œuvre de Goya Contenu abonnés


JPEG - 196.7 ko
Attribué à Asensio Julià (1760-1832)
Le Colosse
Huile sur toile -116 x 105 cm
Madrid, Museo del Prado
Photo : D.R.
Voir l'image dans sa page

12/7/08 – Réattribution – Madrid, Museo del Prado – Depuis son entrée au Prado en 1931 avec le legs de Pedro Fernández Durán, Le Colosse (ill. 1) .) a été considéré comme un chef d’œuvre de Goya et une peinture emblématique de l’histoire d’Espagne. Figurant Napoléon, Ferdinand VII, Godoy ou peut être la guerre elle-même, ce géant entraîne la fuite et la misère du peuple espagnol. A ce titre il devint un symbole de la guerre d’indépendance.

En 1993 Manuela Mena, chef de conservation des peintures de Goya au Prado, et Juliet Wilson Bareau, éminente spécialiste de l’artiste ont déjà émis des doutes sur l’authenticité du tableau qui ne figure pas à l’exposition « Goya y los años de guerra » présentée jusqu’au 13 juillet 2008 au Prado.

Au terme d’une réunion internationale de spécialistes organisée au Prado le 23 juin dernier, José Luis Diez, chef de la conservation des peintures espagnoles du XIXe siècle, révéla qu’une très récente étude du Colosse, réalisée à partir de macrophotographies lui a permis de découvrir, dans l’angle inférieur gauche la présence des lettres majuscules « A J », les initiales de la signature d’Asensio Julià. Né à Valencia en 1760 et mort à Madrid en 1832, cet artiste est bien connu aujourd’hui par son portrait portant la dédicace « Goya a su amigo Asensi » (Madrid, Musée Thyssen Bornemisza). Le maître représente son assistant vraisemblablement sur les échafaudages montés pour l’exécution des fresques de l’église San Antonio de la Florida.
L’œuvre répertoriée d’Asensio Julia est actuellement peu abondante : quelques portraits, tel que celui de son compatriote le peintre José Camarón y Meliá (1760-1819), deux scènes de bataille (Madrid collection particulière), Le Naufragé, signé « Julia », donné par le peintre à l’Academia San Carlos de Valencia et une série de gouaches et de dessins…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Plusieurs associations lancent un appel solennel pour le patrimoine

Article suivant dans Brèves : Un triptyque de Jan Boeckhorst acheté par le LACMA (et autres acquisitions)