Le château de Versailles raconte le Mobilier national Contenu abonnés


JPEG - 233.4 ko
1. Atelier de Pierre-Charles Duvivier, d’après
Hubert-François Bourguignon dit Gravelot et Louis Tessier
Tapis de la Savonnerie, 1753/1757
Laine et lin - 953 x 891 cm
Versailles, Musée national du Château
Dépôt du Mobilier National
Photo : RMN
Voir l'image dans sa page

Sous titrée « Quatre siècles de création », la présentation temporaire des récents dépôts du Mobilier National au château de Versailles mérite des commentaires touchant à plusieurs questions bien différentes et qui vont au delà des classiques recensions d’exposition1.

La première a trait à l’active politique de dépôts dans les musées menée par le Mobilier National depuis quelques années. Celle-ci accompagne ce qu’il faut bien appeler le réveil de cette institution, belle assoupie qui, sous l’action de Bernard Schotter et d’Arnaud Brejon de Lavergnée, fait aujourd’hui feu de tout bois et est devenue l’un des acteurs les plus dynamiques de la scène muséale française.
Ouverture de la Galerie des Gobelins, expositions de son fonds dans et hors les murs, publication des collections, restaurations, inventaires et redécouvertes (notamment des cartons de tapisseries), dépôts... On ne peut qu’admirer ce travail qui permet de mettre en valeur des œuvres longtemps méconnues et qui n’étaient souvent réservées qu’à quelques rares privilégiés.
L’exposition de Versailles constitue un nouvel exemple de cette inlassable activité : en trois ans, avec la participation active de Jean-Jacques Aillagon, ce sont ainsi pas moins de 120 objets qui ont gagné (ou regagné pour certains d’entre eux) le domaine de Versailles. Une large sélection y est donc présentée, dans des conditions que nous approfondirons un peu plus loin.

JPEG - 97.3 ko
2. Luigi Valadier (1726-1785)
Vase des collections de Madame du Barry
Marbre blanc, porphyre, bronze doré -
H. 58 cm, D. 37 cm
Versailles, Musée national du Château
Dépôt du Mobilier National
Photo : RMN
Voir l'image dans sa page

Parmi ces dépôts, nous retiendrons notamment celui d’un grand tapis de…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Expositions : Le baroque dévoilé

Article suivant dans Expositions : Jacques Gruber et l’Art nouveau, un parcours décoratif