L’Aigle Blanc, Stanislas Auguste, dernier roi de Pologne. Collectionneur et mécène au siècle des Lumières Contenu abonnés


Compiègne, Musées et domaine nationaux du Palais impérial, du 3 avril au 4 juillet 2011.
Varsovie, Musée royal, du 14 novembre 2011 au 5 février 2012

JPEG - 84.4 ko
1. Marcello Bacciarelli (1731-1818)
Portrait de Stanislas Auguste en habit
de couronnement
, vers 1767-1771
Huile sur toile - 265 x 134,5 cm
Varsovie, Château royal
Photo : Ligier Piotr/
Muzeum Narodowe w Warszawie
Voir l'image dans sa page

Tout comme Catherine II de Russie et Frédéric II de Prusse, Stanislas II de Pologne fut, dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, un collectionneur passionné et un mécène éclairé. Il fut aussi le roi d’une monarchie élective et le souverain d’un pays divisé, contraint d’abdiquer en 1795, et si les collections de Catherine et de Frédéric ont subsisté après leur mort, celle de Stanislas Auguste fut malheureusement dispersée par sa nièce Marie-Thérèse Tyszkiewicz1 ; la Seconde Guerre mondiale fit le reste.

Dans le cadre d’un cycle consacré à l’histoire du goût aux XVIIIe et XIXe siècles, mis en place par Emmanuel Starcky pour faire découvrir les grandes collections européennes, le Musée national du Palais impérial de Compiègne2 révèle l’amateur averti et le protecteur des arts que fut le dernier roi de Pologne au Siècle des Lumières, à travers un ensemble de 150 œuvres. L’exposition sera ensuite présentée à Varsovie, mais insistera davantage sur l’homme politique ; puis elle ira peut-être Saint-Pétersbourg. Le catalogue écrit par des conservateurs polonais survole malheureusement certains sujets, comme l’histoire de la résidence royale de ?azienki ou de la manufacture de faïence, qu’un lecteur français connaît mal et aimerait approfondir. Par ailleurs, on peut regretter que, par manque de moyens, l’ouvrage ne permette pas de compléter vraiment l’exposition en intégrant les œuvres de la collection qui ne sont pas montrées.
Le parcours se divise en quatre parties : le roi et le pouvoir ; le collectionneur de peintures, d’arts graphiques et de miniatures ; le mécène et commanditaire de projets architecturaux et décoratifs ; enfin la fin d’un règne.

Prêt exceptionnel du château royal de Varsovie, le Portrait de Stanislas Auguste en habit de couronnement (ill. 1), peint vers 1767-1771 par Marcello Bacciarelli, renvoie l’image d’un souverain européen et non d’un Polonais en Sarmate. Il porte le collier de l’ordre de l’Aigle blanc et une épée de cérémonie que le visiteur peut d’ailleurs admirer dans une vitrine voisine. Différentes personnes jouèrent un rôle dans l’ascension de Stanislas Auguste, tel Sir Charles Hanbury Williams (portraituré par Mengs), ambassadeur de la couronne britannique à Saint-Pétersbourg et, bien sûr, Catherine II qui choisit Stanislas Auguste Poniatowski pour être le nouveau roi de la République nobiliaire de Pologne ; elle voulait un homme sans liens de sang avec les dynasties européennes et issu d’une famille sans appuis importants. L’impératrice veilla ainsi à maintenir le pays en position de faiblesse, mais les réformes entreprises par le jeune souverain perturbèrent ses plans. Stanislas Auguste voulut en effet imposer une royauté constitutionnelle héréditaire. Quand il abrogea le…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Expositions : The Cult of Beauty : The Aesthetic Movement 1860-1900

Article suivant dans Expositions : Valtat à l’aube du fauvisme