Jules Machard (1839-1900) ou le culte de la ligne Contenu abonnés


Dole, Musée des Beaux-Arts. Exposition terminée le 15 juin 2003.

JPEG - 15 ko
Jules Machard (1839-1900)
Narcisse
Chartres, Musée des Beaux-Arts
Voir l'image dans sa page

Le musée des Beaux-Arts de Dole (Jura) présente une intéressante rétrospective Jules Machard (1839-1900), un enfant du pays dont les œuvres ne sont presque plus exposées aujourd’hui. Un peu trop restreinte (33 numéros), elle permet néanmoins d’entrevoir une personnalité attachante, celle d’un pompier talentueux à défaut d’être génial, en tout cas bien digne d’être étudiée et reconsidérée.

Sur l’artiste, il est peu de choses à dire si ce n’est l’impeccable parcours d’un « cher maître », qui conduit celui-ci de l’École de Beaux-Arts et du Prix de Rome (1865) aux commandes du ministère de la Guerre et à la Légion d’honneur (1878), des études du rapin féru d’Antique aux portraits mondains, probes…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Expositions : Maestà di Roma - Entretien avec Olivier Bonfait

Article suivant dans Expositions : Maestà di Roma