Enquête de la Cour des Comptes italienne sur l’acquisition du Crucifix attribué à Michel-Ange Contenu abonnés


JPEG - 23.5 ko
Attribué à Michel-Ange (1475-1564)
Crucifix, vers 1495
Bois de tilleul - 41,3 x 41,3 cm
Florence, Museo del Bargello
Photo : D. R.
Voir l'image dans sa page

22/12/09 – Polémique - Attribution – Nous avions signalé, au début de cette année (voir brève du 4/1/09), l’acquisition par l’Etat Italien (pour le Bargello) d’un Crucifix en bois de tilleul de Michel-Ange. Bien que cette œuvre ait été donnée à cet artiste sans réserve par le ministère des Biens Culturels (l’équivalent de notre ministère de la Culture), nous avions préféré conserver l’expression « attribué à » pour en parler.
Même si de nombreux spécialistes se prononcent en faveur de son caractère autographe, celui-ci a été ces derniers mois fortement remis en doute par plusieurs historiens de l’art. On sait que l’attribution…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Le fonds Odiot entre aux Arts Décoratifs

Article suivant dans Brèves : Acquisition d’un tableau de Joseph Wamps par le Musée de l’Hospice Comtesse