Enigma. Monsù Desiderio. Un fantastique artchitectura au XVIIe siècle. Contenu abonnés


Metz, Musées de la Cour d’Or, exposition terminée le 7 février 2005.

JPEG - 59.9 ko
1. Didier Barra
Vue de Naples
Huile sur toile - 115 x 117 cm
Hartford, Wadsworth Atheneum Museum of Art
Voir l'image dans sa page

Avant de s’intéresser aux œuvres, il est nécessaire de s’interroger à propos du regroupement sous le même nom générique, Monsù Desiderio, de deux peintres différents, tous deux lorrains et ayant travaillé à Naples au XVIIe siècle, François de Nomé et Didier Barra. Comme le signalait à juste titre Jacques Thuillier1, on se demande : «  pourquoi donc ces articles, ces expositions, ces livres même qui prétendent parler de Monsù Desiderio et qui traitent d’un autre peintre, qui reproduisent ou montrent des tableaux clairement signés François de Nomé, soit un Monsu Francesco dont les archives de Naples ont livré l’identité et même une partie de la biographie ? ». L’exposition persiste dans la confusion. Le titre même (Enigma) entretient l’idée (vendeuse) du mystère qui entourerait l’artiste ou les artistes connus sous le nom de Monsù Desiderio (littéralement : Monsieur Didier). La réalité est plus simple. Il y eut deux peintres, bien identifiés, qui collaborèrent peut-être - Thuillier en doute - mais qui sont clairement distincts. Didier Barra, le vrai Monsù Desiderio, exécutait des vues panoramiques de villes, principalement de Naples (ill. 1). François de Nomé était un peintre de caprices architecturaux et d’intérieurs d’églises, souvent imaginaires et plongés parfois dans un chaos cataclysmique, tremblements de terre ou incendies (ill. 2). La confusion est d’autant plus grande que lorsque l’on évoque Monsù Desiderio, ce sont les toiles du second qui viennent d’abord à l’esprit, celles qui sont conservées en plus grand nombre et qui font l’essentiel de l’exposition.


JPEG - 53.5 ko
2. François de Nomé
La destruction du Caire
Huile sur toile - 52 x 76 cm
Metz, Musées de la Cour d’Or
Voir l'image dans sa page

Il faut donc, du point de vue scientifique, s’attacher aux faits certains, aux toiles signées ou documentées, puis regrouper des ensembles…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Expositions : L’Art anglais dans les collections de l’Institut de France

Article suivant dans Expositions : Giovan Battista Moroni. Lo sguardo sulla realtà 1560-1579