Echappées nordiques. Les maîtres scandinaves & finlandais en France - 1870/1914 Contenu abonnés


Lille, Palais des Beaux-Arts, du 10 octobre 2008 au 11 janvier 2009.

JPEG - 30.3 ko
1. Albert Edelfelt (1854-1905)
Portrait de Louis Pasteur, 1885
Huile sur toile - 154 x 126 cm
Paris, Musée d’Orsay
(dépôt du château de Versailles)
Photo : RMN/Gérard Blot/Hervé Lewandowski
Voir l'image dans sa page

Le succès de l’exposition de l’artiste finlandaise Hélène Schjerfbeck, l’an dernier, au musée d’Art moderne de la Ville de Paris, après l’enthousiasme qu’avaient soulevé les expositions Lumières du Nord, en 1998, dans les mêmes lieux, ou L’Horizon inconnu, en 1999-2000, à Lille déjà, et à Strasbourg, prouve s’il en était besoin l’intérêt que portent les amateurs français aux créations des écoles du nord de l’Europe. Dans toutes ces manifestations, les collections publiques françaises faisaient bien piètre figure, et le célébrissime portrait de Louis Pasteur par le Finlandais Albert Edelfelt (ill. 1), régulièrement présenté, ne suffisait pas à donner une juste appréciation des rapports passés et présents entre nos institutions culturelles et la création nordique. Grâce aux recherches de Frank Claustrat, maître de conférences à l’université Montpellier 3, et à la mise en œuvre d’Annie Scottez-de Wambrechies, conservateur en chef au Palais des Beaux-Arts de Lille, l’exposition Echappées nordiques. Les maîtres scandinaves et finlandais en France 1870-1914, au-delà d’une très belle sélection d’œuvres1, peintures, sculptures mais aussi œuvres graphiques et gravures, magnifiquement présentée2, nous saurons dorénavant tout sur ce sujet et sur les multiples variations du goût depuis cent cinquante ans.

JPEG - 34.6 ko
2. Peder Severin Krøyer (1854-1905)
Bateaux de pêche, 1884
Huile sur toile - 160 x 245 cm
Paris, Musée d’Orsay
Photo : RMN/Gérard Blot/Hervé Lewandowski
Voir l'image dans sa page

En effet, nous l’avions oublié, mais le dépouillement des archives des achats de l’Etat ou des catalogues de l’ancien musée du Luxembourg permet aux commissaires de l’exposition de nous révéler que, grâce au soutien de Léonce Bénédite, avant même qu’il ne soit nommé à la tête du…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Expositions : Brueghel, Rubens et leurs contemporains. Dessins nordiques du Musée des Offices à Florence

Article suivant dans Expositions : Le futurisme à Paris. Une avant-garde explosive