Delacroix et l’aube de l’orientalisme, de Decamps à Fromentin, peintures et dessins


Chantilly, Jeu de paume du domaine de Chantilly, du 30 septembre 2012 au 7 janvier 2013.

JPEG - 248 ko
1. Prosper Marilhat (1811-1847)
Arabes syriens en voyage, vers 1844
Huile sur toile – 28 x 50 cm
Chantilly, musée Condé
Photo : RMNGP

Le Musée Condé de Chantiily dispose désormais d’un très beau lieu d’expositions temporaires dans l’Orangerie du château récemment restaurée dont les murs avaient été aménagés de cimaises par le duc d’Aumale, son fondateur. Ce lieu offre un grand espace modulable permettant des expositions plus ambitieuses. Il est judicieusement inauguré par une exposition sur la naissance de l’orientalisme, sujet particulièrement cher au duc d’Aumale qui fut gouverneur de l’Algérie après avoir contribué à sa conquête et qui a su acquérir des chefs-d’œuvre orientalistes de Decamps, Dauzats, Marilhat, Delacroix, Fromentin, les premiers orientalistes. Aux chefs-d’œuvre du musée Condé qui témoignent de son incroyable richesse et pourraient presque suffire à traiter le sujet ont été ajoutées des œuvres empruntées principalement aux musées français.

Nicole Garnier réussit à jouer des contraintes qui en d’autres lieux rendraient toute exposition impossible : budgets très limités et dispositions testamentaires du duc d’Aumale qui interdisent tout prêt de tableaux des collections de Chantilly. Quand on sait à quel point la réciprocité devient le principal argument pour convaincre les grands musées, très sollicités, de prêter leurs œuvres, on comprend tous les trésors de diplomatie qu’a dû déployer la conservatrice pour parvenir à monter cette exposition. Ses principaux atouts : le charme du musée Condé qui ne laisse pas de séduire tous les amateurs mais surtout la qualité des expositions et publications qu’elle a su produire depuis de nombreuses années. Espérons que la fondation pour le développement de Chantilly, qui préside aujourd’hui aux destinées du musée Condé saura soutenir cet effort et favoriser une politique d’expositions ambitieuses. Espérons également que les dispositions testamentaires du duc d’Aumale pourront un jour être assouplies1.…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :




Tip A Friend  Envoyer par email
imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Expositions : Constant Permeke. Rétrospective

Article suivant dans Expositions : « Modernisme ou modernité ? ». Les photographes du cercle de Gustave Le Gray (1850-1860)