Degas et les italiens à Paris Contenu abonnés


Edimbourg, Royal Scottish Academy. Exposition terminée le 29 février 2004.
L’exposition a eu lieu précédemment à Ferrare, palazzo dei Diamanti, où l’a vue Dominique Lobstein.

JPEG - 84.5 ko
1. Edgar Degas (1834-1917)
Chevaux de course dans un
paysage

Madrid, collection Carmen Thyssen-Bornemisza
en dépôt au musée Thyssen-Borenemisza
Photo : D. R.
Voir l'image dans sa page

Depuis plusieurs années, le Palazzo dei Diamanti de Ferrare, sous la direction de M. Andrea Buzzoni, propose, grâce à la collaboration des plus célèbres historiens d’art italiens, mais aussi européens, deux à trois expositions chaque année, parmi lesquelles le XIXe siècle occupe une place importante. Sacrifiant bien sûr aux glorifications monographiques tant prisées (Alfred Sisley du 17 février au 19 mai 2002, qui fut ensuite présentée à la Fondation Thyssen-Bornemissza de Madrid et au Musée des Beaux-Arts de Lyon), on peut néanmoins y découvrir, bien plus souvent qu’ailleurs, des sujets thématiques originaux. Ce fut le cas en ce début d’année, avec Shakespeare nell’arte, du 16 février au 15 juin, et çà l’est à nouveau avec l’exposition Degas e gli italiani a Parigi.


JPEG - 61.9 ko
2. Giovanni Boldini (1842-1931)
Le peintre Lewis Brown, sa femme et sa fille
Lisbonne, Fondation Gulbenkian
Photo : D. R.
Voir l'image dans sa page

Dans l’enfilade des salles de ce palais superbement restauré, deux teintes de vert sur les murs, et une muséographie qui sait être discrète, servent efficacement une sélection de peintures, de pastels, de dessins et de gravures, qui répond parfaitement à la déclinaison d’un propos abordé à diverses reprises, mais jamais traité avec une telle ampleur : les liens de Degas avec l’Italie, mais surtout avec les plus célèbres italiens de Paris que furent Giovanni Boldini, Giuseppe de Nittis et Federico Zandomeneghi, de 1867 à 1917.
Après une première salle consacrée à Degas en Italie dans les années 1856-1859, où, entre autres, l’on revoit avec plaisir l’Autoportrait de Williamstown, et où l’on découvre l’exquis Paysage d’Italie vu à travers un arc, prêté par un collectionneur particulier, les salles suivantes offrent une succession de confrontations thématiques :…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Expositions : Frédéric Bazille

Article suivant dans Expositions : L’apothéose du geste. L’esquisse peinte en France au siècle de Boucher et Fragonard