Cette année, la sculpture est reine à Maastricht Contenu abonnés


Dans l’interview qu’il nous a accordé, dans le cadre de notre reportage audio sur la foire de Maastricht qui se tient jusqu’à dimanche prochain, Patrice Marandel, membre du « vetting committee », estime que l’édition 2014 est celle de la sculpture. Cette opinion est aussi la nôtre puisque nous avons essentiellement demandé aux exposants, pour illustrer cet article consacré à la Foire de Maastricht, des photographies d’œuvres de cette technique.


JPEG - 61.2 ko
1. Attribué à Francesco Moratti (actif en 1686-1719)
Ange en adoration, vers 1700
Terre cuite - 40 x 37 cm
Coll&Cortes
Photo : Coll&Cortes
JPEG - 65.8 ko
2. Attribué à Francesco Moratti (actif en 1686-1719)
Ange en adoration, vers 1700
Terre cuite - 40 x 37 cm
Coll&Cortes
Photo : Coll&Cortes

Nous avons déjà illustré ici les deux Bernin (un buste et un bronze) que cite le conservateur du Los Angeles County Museum of Art. Mais l’art baroque est également représenté par des chefs-d’œuvre d’artistes moins connus.
En restant à Rome, dans la suite du Bernin justement, la galerie Coll&Colles montre une paire d’anges adorateurs en terre cuite attribués à Francesco Moratti (ill. 1 et 2)


JPEG - 123.9 ko
3. José de Mora (1642-1724)
et Diego de Mora (1656-1729)
Le Christ ramassant sa tunique
Bois polychrome - 32,5 x 45 x 26,5cm
Galerie Caylus
Photo : Galerie Caylus
JPEG - 54.6 ko
4. Balthasar Permoser (1651-1732)
La Mort déguisée en pélerin
Bois - H. 38 cm
Daniel Katz Ltd
Photo : Daniel Katz Ltd

La galerie Caylus présentait pour sa part un Christ ramassant sa tunique (une iconographie rare et originale) d’une beauté stupéfiante (ill. 3), dû à un sculpteur de Grenade, José de Mora, peut-être aidé par son frère Diego. Le contraste entre la douceur et l’humanité du visage et la violence du dos déchiré par la flagellation fait de cette sculpture une œuvre absolument bouleversante. Elle a d’ailleurs trouvé immédiatement preneur et avait quitté le stand dès le lendemain de l’inauguration, privant ainsi les visiteurs d’un des plus beaux objets de la foire.
Chez Daniel Katz,…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Marché de l’art : Reportage audio sur la Foire de Maastricht 2014

Article suivant dans Marché de l’art : Comme chaque année, les dessins font salon au palais Brongniart