Philippe de Buyster (1595-1688) - Catalogue raisonné par ordre chronologique (4ème partie)


35. Quatre bustes de membres de la famille des Rostaing, à l’église des Feuillants rue St.-Honoré, Paris (disparus)
1659

a. Jean de Rostaing

b. Antoine de Rostaing

c. Gaston de Rostaing

d. Louis de Rostaing

Marbre
H. moyenne : 43 cm, plus 11 cm pour les piédestaux en marbre

Charles de Rostaing (1573-1660) disposait pour sa famille de trois chapelles dans trois églises parisiennes : aux Feuillants de la rue Saint-Honoré, à Saint-Germain l’Auxerrois et à Saint-Pierre des Célestins. Dans deux de ces églises, outre des monuments funéraires et une décoration recherchée dans ses chapelles, Charles de Rostaing fit placer des bustes représentant des membres de sa famille. Ainsi à Saint-Germain-l’Auxerrois, dans la chapelle de l’Annonciation dont il avait acheté la concession en 16471, seconde chapelle à gauche du chœur, des bustes en marbre des Rostaing étaient juchés sur des colonnes en marbre, mais on en ignore l’auteur2.
Aux Feuillants, dans la chapelle Saint-Bernard, la troisième à droite de la nef, se trouvaient quatre bustes en terre cuite posés sur des colonnes de marbre, que Charles de Rostaing fit remplacer par des bustes en marbre commandés le 8 octobre 1659 à Buyster3. Selon le marché (doc. 18), ces bustes seront de même modèle et dimensions que les bustes en terre cuite. Placés autour de l’autel, au-dessus de la corniche du lambris, ils auront 16 pouces de haut, leur piédestal « de la même pièce » que les bustes auront 4 pouces de haut. Ils reposeront chacun sur un dé de marbre noir de 6 pouces de haut et 7 ½ de large, portant des inscriptions en lettres d’or. Les bustes seront boulonnés à leur support et attachés au mur par un fil de fer. Buyster devra sculpter pour chaque buste le collier de l’ordre de Saint-Michel avec sa médaille. Ces ouvrages devront être achevés en six semaines et seront payés 600 livres. Peut-être les quatre bustes en terre cuite servant de modèles étaient-ils déjà de la main de Buyster, mais cela n’est pas précisé.

JPEG - 89.2 ko
110. Israël Silvestre (1621-1691)
Reliquaire des dévotions... dans les trois chapelles...
de Charles de Rostaing

montrant la chapelle Saint-Bernard aux Feuillants,
rue Saint-Honoré
Gravure
Paris, Bibliothèque nationale de France
Photo : BnF
Voir l'image dans sa page

Mais Charles de Rostaing, véritable « fanatique des fastes sépulcraux » ainsi que le qualifie Bernadette Wirtz-Daviau et, de ce fait, perpétuel insatisfait, fit ajouter au marché trois mémoires d’augmentations, d’une lecture vraiment fastidieuse (doc. 18) : premier mémoire le 25 novembre 1659 pour deux colonnes de marbre noir mêlé de filets d’or dont disposait Buyster, pour lesquels il devait sculpter un socle de marbre noir, des bases de marbre jaspé rouge et blanc, des chapiteaux de même matériau d’ordre ionique supportant un entablement : architrave, frise, corniche, également en marbre jaspé rouge et blanc, ces colonnes servant de support à deux des bustes ; deuxième mémoire le 28 novembre suivant pour remplacer le marbre des bases et des chapiteaux par du bronze ; enfin troisième mémoire le 17 décembre 1659 pour augmenter la hauteur des consoles de deux des bustes, et remplacer les colonnes qu’il avait proposées par deux autres colonnes plus grandes en marbre blanc et noir, le but recherché par Rostaing étant que les quatre bustes se situent à la hauteur des têtes des deux priants agenouillés du tombeau de la même chapelle, Charles et son père Tristan de Rostaing, et puissent se voir aisément depuis la nef, étant bien au-dessus de la clôture de la chapelle. L’énoncé du marché et surtout celui des mémoires d’augmentation montrent un commanditaire pointilleux, exigeant, difficile à satisfaire, probablement en raison de sa vanité et du souci de paraître.

JPEG - 109.8 ko
111. Bustes des Rostaing dans
leur chapelle aux Feuillants,
rue Saint-Honoré
Gravure de Desmaisons
d’après
Brion dans Millin Antiq. nat.
Photo : BnF
Voir l'image dans sa page

Peu après, le 4 janvier 1660, mourait Charles de Rostaing.
La gravure d’Israël Silvestre dans les Trophées médalliques d’Henry Chesneau, ouvrage composé à la gloire des Rostaing4, montre assez précisément le décor de la chapelle (ill. 110). On n’y voit pas représentés les bustes en marbre, car la gravure date de 1658, et pas davantage ceux en terre cuite qui étaient probablement eux aussi postérieurs à la gravure. Mais les bustes en marbre ont bien été exécutés. Si Brice s’extasie seulement sur les quatre colonnes en marbre portor et en marbre antique noir et blanc5, Piganiol quant à lui décrit les colonnes avec leurs chapiteaux dorés et les quatre bustes « qui représentent Louis, Jean, Antoine et Gaston de Rostaing, tous inhumés dans cette chapelle »6. Millin7 le suit dans cette identification, fournit des détails biographiques sur chacun des personnages et en donne une représentation gravée par Brion et Desmaisons (ill. 111).
Jean, le grand-père de Charles le commanditaire, employé aux comptes du trésor du duc de Bourbon dans les années 1480-92, est montré assez âgé, barbu et en cuirasse (n° 5 de la gravure). Antoine, son fils, valet de chambre du roi François 1er et maître d’hôtel de Charles d’Orléans, est vu de profil, nez busqué, courte barbe et cheveux bouclés, portant la cuirasse (n° 4 de la gravure). Gaston, le père d’Antoine, était gentilhomme du duc Jean de Bourbon ; il est vu de trois-quarts, imberbe, un bandeau ceignant ses cheveux bouclés et portant lui aussi la cuirasse à encolure carrée (n° 3 de la gravure). Quant à Louis (1615-1679), c’était le fils de Charles de Rostaing (n° 6 de la gravure) : c’est un homme assez jeune, cheveux et courte barbe bouclés, une épaule nue, l’autre couverte d’une draperie. Tous quatre ont la médaille de l’ordre de Saint-Michel suspendue pour deux d’entre eux à un grand collier. Les quatre piédouches sont timbrés d’armoiries.

JPEG - 102.6 ko
112. Monument factice des Rostaing
remonté par A. Lenoir
au musée des Monuments français
dans A. Lenoir Musée des Monuments français
Voir l'image dans sa page

Alexandre Lenoir recueillit au musée des Monuments français au moins deux des quatre bustes8, sinon les quatre9. Deux furent remontés par ses soins sur des colonnes de part et d’autre du cénotaphe factice des Rostaing comportant les deux statues des priants ; une gravure de ce monument10 semble montrer les bustes de Gaston et d’Antoine, que Lenoir dénomme Antoine et Jean11, mais leur identité a dû se perdre (ill. 112). Le 1er février, Lenoir remit à Rostaing ce qui restait du monument de ses ancêtres, que Rostaing remonta à Saint-Germain l’Auxerrois dans l’ancienne chapelle de l’Annonciation. Vers 1840, le chanoine Troche12 donnait une description de ce monument avec les deux statues des priants juchés sur un sarcophage de marbre et, au-dessus, sur des consoles, les deux bustes. Par la suite, les bustes disparurent et les statues furent réinstallées dans la chapelle Saint-Jean, au chevet de la même église où elles se trouvent encore13. Nous n’avons pas suivi Raunié lorsqu’il suggérait que l’un des quatre bustes gravés par Millin représenterait non pas Gaston, mais Charlotte de Rostaing, sœur de Charles. Nous n’avons pas non plus suivi Mlle. Sainte-Beuve qui attribuait à Michel Bourdin l’exécution des deux priants14.

36. Travaux pour Charles de Rostaing dans l’église Saint-Pierre des Célestins, Paris (disparus) 1659-60 Marbre

Charles de Rostaing entreprit de redécorer dans l’église Saint-Pierre des Célestins la chapelle Saint-Martin qui flanquait au nord le sanctuaire, ce dont témoigne la fondation du 28 avril 165915 ; cette chapelle lui venait de la famille de son épouse Anne Hurault. Très infatué de sa noblesse, il la dota d’écussons armoriés des familles Rostaing et Hurault, dont Millin la disait surchargée16 . Une gravure d’Israël Silvestre faite en 1658 pour les Trophées médalliques d’Henry Chesneau montre l’aspect de cette chapelle à cette date.

Dans le marché du 8 octobre 1659 concernant la chapelle Rostaing dans l’église des Feuillants (n. 35) (doc. 18), Rostaing commandait à Buyster d’autres travaux pour l’église des Célestins17 : 1° un pavement en carreaux de marbre noir et blanc pour l’entrée de la chapelle et l’oratoire ; 2° des carreaux de marbre blanc et rouge pour garnir les murs du pourtour ; 3° une dalle en marbre noir remplaçant une autre de liais, mais beaucoup plus grande, portant une inscription et garnie d’écussons et de sculptures ; 4° un marchepied pour l’autel en marbre noir, gravé des armes de Charles de Rostaing, de couronnes, de colliers des ordres et de deux Sauvages. Le sculpteur disposait de six mois pour exécuter ces ouvrages qui lui seraient payés selon l’estimation faite une fois les ouvrages finis.

JPEG - 75 ko
113. Philippe de Buyster (1595-1688)
Enfants portant une lampe enflammée
Pierre de St-Leu - H. env. 225 cm
Paris, Val-de-Grâce, tambour du dôme
Photo : Thierry Prat (1990)
Voir l'image dans sa page

Ceux-ci semblent avoir été exécutés ; du moins le fut la dalle inscrite qui est décrite par Guilhermy18 et reproduite dans les Trophées médalliques d’Henry Chesneau19 . L’inscription était gravée en lettres dorées, dans un encadrement ovale, sur une grande table rectangulaire de marbre noir ornée, aux quatre angles, de quatre écussons timbrés de la couronne de marquis : l’écusson de Tristan de Rostaing avec les colliers des ordres du roi, celui de Charles de Rostaing entouré de branches de laurier, ceux de François Robertet et d’Anne Hurault entourés de palmes. Cette inscription, que Lenoir abrita aux Monuments français, fut placée ensuite dans la chapelle de l’Annonciation à Saint-Germain l’Auxerrois où elle se trouvait encore à la fin du XIXe siècle20 .

37. Ouvrages à l’église du Val-de-Grâce, Paris
1660-62

Dans l’achèvement de la construction de l’église sous la conduite de Pierre Le Muet avec l’édification du second ordre et des voûtes, Buyster joua un rôle important tant pour les ornements de l’intérieur que pour les sculptures de l’extérieur qui lui furent toutes confiées21. Quatre marchés publiés par Chaleix, passés entre Tubeuf, « surintendant des finances et intendant des bâtiments de la reine mère », et le sculpteur en donnent le détail. Toute la sculpture décorative et architecturale est extrêmement soignée. Buyster fournit les dessins et les modèles de chaque motif, qui étaient soumis à l’approbation de Le Muet.

a. Sculptures autour du tambour et du grand dôme

1. Seize Enfants ailés (ill. 113-117)
Pierre de Saint-Leu
H : env. 225 cm

JPEG - 88.3 ko
114. Philippe de Buyster (1595-1688)
Enfant portant une lampe enflammée
Pierre de St-Leu - H. env. 225 cm
Paris, Val-de-Grâce, tambour du dôme
Photo : Thierry Prat (1990)
Voir l'image dans sa page
JPEG - 77.6 ko
115. Philippe de Buyster (1595-1688)
Enfant portant une lampe enflammée
Pierre de St-Leu - H. env. 225 cm
Paris, Val-de-Grâce, tambour du dôme
Photo : Thierry Prat (1990)
Voir l'image dans sa page

Ces Enfants sont désignés par le devis et marché du 17 décembre 1660 « pour l’amortissement des seize grands pilastres au pourtour du grand dôme extérieur »22 (doc. 19), donc placés à l’aplomb des seize pilastres qui rythment le tambour, au-dessus de la corniche. Tous ailés, tantôt vêtus d’une légère draperie, tantôt nus avec une guirlande ou feston en travers du corps, Buyster a varié leurs attitudes. Ils portent tous sur la tête une lampe d’où sort une flamme. Buyster s’engageait à exécuter ces ouvrages pour le 31 mars 1661, moyennant 4800 livres, soit 300 livres par figure, fournissant les seize blocs de pierre. Guillet les mentionne : « à l’entour du dôme... ces figures d’enfants qui portent sur leur tête des corbeilles de fleurs (sic !) ». Il est vrai que, placés très haut, on les distingue mal du sol, ce qui est regrettable, car, en dépit de l’érosion dont ils ont souffert, toujours en place et peu restaurés, ils fournissent un excellent témoignage de la maîtrise de Buyster dans le traitement des enfants. A part quelques bras et ailes brisés par l’érosion qui ont été réparés en 1862-64, ce sont des œuvres originales.

JPEG - 89.2 ko
116. Philippe de Buyster (1595-1688)
Enfants portant une lampe enflammée, détail
Pierre de St-Leu - H. env. 225 cm
Paris, Val-de-Grâce, tambour du dôme
Photo : Thierry Prat (1990)
Voir l'image dans sa page
JPEG - 99.8 ko
117. Philippe de Buyster (1595-1688)
Enfants portant une lampe enflammée, détail
Pierre de St-Leu - H. env. 225 cm
Paris, Val-de-Grâce, tambour du dôme
Photo : Thierry Prat (1990)
Voir l'image dans sa page

2. Seize Candélabres amortis d’une flamme et ornés de festons de roses et de fleurs de lys (ill. 118)
Pierre de Saint-Leu


JPEG - 71.9 ko
118. Philippe de Buyster (1595-1688)
Candélabres (copies)
Pierre de liais
et Enfants portant une lampe enflammée
Pierre de St-Leu
Paris, Val-de-Grâce, dôme
Photo : Thierry Prat (1990)
Voir l'image dans sa page

Ils sont placés au-dessus de la corniche du tambour, donc au-dessus des seize Enfants. Devis et marché du 9 juillet 166123 (doc. 21). Estimés 960 livres, soit 60 livres pièce. Ils ont été remplacés par des copies en 1862-6424.

3. Ornements au dôme et aux quatre tourelles
Bronze

Aux termes du devis et marché du 2 avril 1661 passé avec Buyster et les fondeurs Thomas Sautray et François Picart25 (doc. 20), le sommet de la lanterne du dôme portera, sur une base, une première boule de 0,35 m de haut limitée par deux « carrés » supportant une seconde boule de 1,10 m, surmontée d’un socle portant une troisième boule de 0,27 m de diamètre sommée d’une croix haute de 1,60 m, elle même ornée de croisillons et dont les bras doivent se terminer en fleurons. Chacune des quatre tourelles autour du dôme sera amortie par une fleur de lis double de 1,20 m de haut. Ces ouvrages seront dorés, puis mis en place, marché passé moyennant la somme de 6500 livres. Il y eut un changement par rapport au devis dont témoignent tant les gravures de Marot et de Stefano Della Bella que la description de Brice26 : au lieu des trois boules superposées, la lanterne du grand dôme se terminait par une pyramide sur laquelle fut posée une seule boule de bronze doré surmontée de la croix. Quant aux quatre lanternes des tourelles, elles reçurent bien un amortissement en forme de fleur de lis. Le marché pour la dorure fut signé le 26 novembre 166127 ; il y est question de deux boules, et non de trois. Le dôme fut lui aussi revêtu de dorure à la feuille.

b. Au-dessus de la chapelle du Saint Sacrement : Huit Anges adolescents (ill. 119-123)
Pierre de Saint-Leu
H : 195cm

JPEG - 88.2 ko
119. Philippe de Buyster (1595-1688)
Quatre Anges
adolescents
Pierre de St-Leu - H. 195 cm
Angle sud-est au-dessus de
la chapelle du Saint-Sacrement
Paris, Val-de-Grâce
Photo : Thierry Prat (1990)
Voir l'image dans sa page
JPEG - 101.5 ko
120. Philippe de Buyster (1595-1688)
Quatre Anges
adolescents
Pierre de St.-Leu - H. 195 cm
Angle sud-est au-dessus de
la chapelle du Saint-Sacrement, détail
Paris, Val-de-Grâce
Photo : Thierry Prat (1990)
Voir l'image dans sa page

Devis et marché du 9 juillet 166128 (doc. 21). Les statues furent payées 300 livres chacune. Vêtus de draperie, se donnant la main deux par deux et comme engagés dans un dialogue, ces anges adolescents sont groupés par quatre, et posés en amortissement de huit consoles de chaque côté du toit en dôme de la chapelle du Saint-Sacrement. Les attitudes sont variées et vivantes. Le devis stipulait qu’ils porteraient une lampe enflammée sur leur tête, mais il n’en est rien. En dépit des dégradations importantes qu’ils ont subies, ils n’en demeurent pas moins des créations particulièrement gracieuses et réussies et marquent une nouvelle étape dans l’évolution du style de Buyster vers l’animation accrue des postures, le traitement de plus en plus léger et libéré des drapés, une tendance à affiner les figures. L’un des huit anges, celui du nord-est, ayant malheureusement été détruit, a été remplacé en 1863 par une copie due au sculpteur Devaulx29.

JPEG - 97 ko
JPEG - 101 ko
122. Philippe de Buyster (1595-1688)
Ange adolescent, détail
Pierre de St.-Leu - H. 195 cm
Angle sud-est au-dessus de la
chapelle du Saint-Sacrement, détail
Paris, Val-de-Grâce
Photo : Thierry Prat (1990)
Voir l'image dans sa page

Guillet les avait décrits tenant « des brandons ou flambeaux dans une manière de cornets d’abondance »30 ; mais ces flambeaux ne se devinent plus aujourd’hui. En 1990, les huit anges ont été descendus et placés dans la crypte de la chapelle en attendant une urgente restauration sans laquelle ils sont appelés à rapidement disparaître.

c. Au-dessus des six vitraux de la nef , sculpture ornementale consistant en deux cartouches et le chiffre de la reine à la clef des deux premier vitraux, des fleurs de lys couronnées aux clefs des quatre autres d’où partent des guirlandes de fleurs (ill. 124). Devis et marché du 9 juillet 166131 (doc. 21). Chaque motif était évalué 150 livres, soit 900 livres pour l’ensemble.

JPEG - 74.6 ko
123. Philippe de Buyster (1595-1688)
Quatre Anges adolescents
(l’ange de gauche est une copie)
Pierre de St-Leu - H. 195 cm
Angle nord-est au-dessus de la
chapelle du Saint-Sacrement
Paris, Val-de-Grâce
Photo : Thierry Prat (1990)
Voir l'image dans sa page
JPEG - 96.5 ko
124. Philippe de Buyster (1595-1688)
Cartouches fleurdelysés et guirlandes
Bas-relief, pierre
au- dessus des fenêtres de la nef de
l’église du Val-de-Grâce
Photo : Thierry Prat (1990)
Voir l'image dans sa page

d. Quatorze vases au pourtour du chœur des religieuses à côté de la chapelle du Saint-Sacrement et au-dessus des piliers boutants de la nef. Contenus au devis supra (doc. 21). Estimés 36 livres pièce, soit 288 livres. Ces vases ont aujourd’hui disparu.

e. Sculptures du portail
Pierre
Contenues au devis cité ci-dessus (doc. 21).

1. Au premier ordre, ou rez-de-chaussée : quatre chapiteaux corinthiens au premier ordre avec feuilles d’olives, colleroles, rosaces : évalués 1600 livres. Soixante-cinq modillons à la corniche : évalués 650 livres. Soixante-quatre rosaces aux quatre plafonds de la corniche : évaluées 640 livres.

JPEG - 99.6 ko
125. Philippe de Buyster (1595-1688)
Chérubin (copie) et feston
Sur la volute sud flanquant le second ordre
du portail de l’église du Val-de-Grâce
Pierre, demi-et haut relief
Photo : Thierry Prat (1990)
Voir l'image dans sa page

2. Au second ordre : quatre chapiteaux de colonnettes, deux chapiteaux de pilastres et deux chapiteaux de colonnes engagées, tous de l’ordre composite, évalués 1200 livres ; deux chapiteaux de l’ordre corinthien au vitrail, estimés 200 livres ; dans le fronton, une tête de chérubin ailée, évaluée 100 livres. Cette tête, supprimée à la Révolution, a été rétablie en 1862-64.

3. Sous les amorces des deux grandes volutes de chaque côté du second ordre : deux têtes de chérubins ailées d’où partent deux pentes de festons de fruits sur les volutes (motifs restaurés, sinon refaits en 1862-64) (ill. 125), décor estimé 400 livres dans le marché du 9 juillet 1661 (doc. 21). Et partant de l’enroulement de la volute, sur le plat du mur, une gracieuse tige végétale (celle de gauche a été refaite en 1862-64 sur le modèle de celle de droite restée intacte) (ill. 126), décor évalué 75 livre pour chaque tige dans le marché du 15 septembre 1662 (doc. 22).

4. Deux coquilles prévues dans les niches du second ordre : elles ne seront pas sculptées, mais remplacées par "des rosaces dans leur bassin pour remplacer le vide au-dessus des niches", marché du 15 septembre 1662 cité supra (doc. 22).

JPEG - 112.9 ko

5. Dans le frontispice du portail, le chiffre de la reine couronné et orné de palmes, de laurier et guirlandes, ouvrage estimé 370 livres dans le marché du 15 septembre 1662 (doc. 22). Décor très altéré, le chiffre de la reine ayant été enlevé en 1793. L’ensemble a été repris en 1862-64.

f. Ornements à l’intérieur de l’église
Pierre

Ils sont énoncés dans le devis et marché du 15 septembre 1662 cité ci-dessus (doc. 22) :

1. Roses décorant les caissons octogonaux et carrés aux quatre grands arcs soutenant le dôme dont l’un, à l’entrée de la nef, est plan et les trois autres en cul de four (ill. 127).

2. Deux cent vingt-cinq modillons au plafond de la corniche de l’ordre corinthien régnant au pourtour de l’église, avec consoles et feuilles ; roses entre les modillons obéissant à différents modèles. Dans le même marché du 15 septembre 1662 (doc. 16), Buyster se voit gratifié de 200 livres supplémentaires, eu égard à la dureté de la pierre pour les roses et les modillons, et « par forme de récompense »32.

Cette abondante sculpture décorative dont Buyster était tenu de fournir les modèles fut exécutée par son atelier, mais avec grand soin. On est surpris par les estimations élevées de ces ouvrages par rapport à celles des statues : ainsi, les quatre chapiteaux d’ordre corinthien au rez-de-chaussée du portique furent estimés 1600 livres, soit 400 livres chacun, alors que chacun des seize Enfants autour du tambour, de même que chacun des huit Anges au dessus de la chapelle du Saint-Sacrement était estimé 300 livres seulement.

JPEG - 126.6 ko
127. Philippe de Buyster (1595-1688)
Roses
décorant les caissons
du grand arc qui
soutient le dôme de l’église du
Val-de-Grâce
Photo : Thierry Prat (1990)
Voir l'image dans sa page
JPEG - 109.4 ko

g. Chérubins et Angelots à deux portes latérales (attr.)
Bois
H : 73 cm (chérubins), 25 cm (angelots)

Il s’agit de la sculpture des deux portes intérieures de part et d’autre de l’entrée principale, donnant accès aux deux premières chapelles des bas-côtés de la nef. Chacune d’elle est ornée d’un chérubin (ill. 128) et, au-dessus, d’un angelot (ill. 129), à peu près semblables d’une porte à l’autre. On ne connaît aucun marché ni aucun document comptable les concernant. Deux menuisiers travaillèrent aux décors des menuiseries de l’église : Jacques Cacquelart et Pierre Dionis, ce dernier ayant signé un marché le 14 juillet 1666 pour les ouvrages de menuiserie et de sculpture pour la grande porte de l’église33, mais la qualité plastique de ces figures d’angelots semble bien supérieure à un travail de menuisier. A leur sujet, Chaleix est formel : « il est impossible de n’y pas voir l’œuvre de Buyster l’Anversois », sculpteur spécialiste du bois ; ces angelots ont en commun avec l’enfant porteur de traîne du cardinal de La Rochefoucauld « les mèches vigoureusement torsadées », la forme des joues, « le menton à petite proéminence charnue, le bourrelet au-dessus des yeux »34. En réalité, une comparaison avec les nombreuses têtes d’angelots sculptées par Michel Anguier dans cette même église (à la voûte de la nef, dans les pendentifs de la coupole, dans la chapelle du Saint-Sacrement) inciterait à plus de prudence ; de plus Michel Anguier, chargé en général d’ouvrages en pierre, s’est trouvé investi en mars 1665 de la sculpture en bois couronnant le baldaquin, qui comporte précisément des angelots pas vraiment différents de ceux ornant ces deux portes, peut-être légèrement plus sophistiqués. D’une manière générale, les angelots d’Anguier ont des cheveux coiffés de bouclettes plus courtes se séparant au milieu du front, tandis que Buyster a tendance à coiffer les siens en longues mèches latérales un peu désordonnées et sans séparation centrale, caractère qui s’observe également dans les Enfants et les Anges autour du dôme et au-dessus de la chapelle du Saint-Sacrement (ci-dessus n. 37a1, 37b), ainsi que dans ses Amours de l’escalier du château de Maisons (n. 17b). Jusqu’à preuve du contraire, nous acceptons donc l’attribution faite par Chaleix. Si elle est exacte, nous aurions là le seul témoignage encore existant de l’art de Buyster en tant que sculpteur du bois. On peut en particulier apprécier la vie qui anime les plumes des deux chérubins, d’une qualité supérieure à celles des deux angelots .

JPEG - 78.1 ko
129. Attribué à
Philippe de Buyster (1595-1688)
Tête d’angelot
décorant une porte latérale à l’entrée
de l’église du Val-de-Grâce
Bas-relief, bois - H. 25 cm
Photo : Thierry Prat (1990)
Voir l'image dans sa page
JPEG - 96.5 ko
130. Baldaquin
Marbre
Paris, Eglise du Val-de-Grâce
Photo : Françoise de La Moureyre (2006)
Voir l'image dans sa page

38. Baldaquin du maître autel de l’église du Val-de-Grâce, Paris (ill. 130)
1664-67
Marbre

Le 23 février 1664, Buyster signait un marché avec le surintendant Tubeuf (doc. 23) pour exécuter les ouvrages de marbre décrits dans le devis « pour le principal autel » de l’église du Val-de-Grâce, « suivant les dessins, plans, prophils et les ordres qui en seront cy après donnés par les sieurs Lemuet et Leduc architectes des bâtiments du Roy »35. Comme l’indique le devis, il s’agit des colonnes du baldaquin, constituées de :

a. six piédestaux isolés en marbre rouge "mixte de couleur" (H : 192 cm), ayant chacun une base, un dé et une corniche.

b. six colonnes torses en marbre noir et blanc (H : 552 cm), composées de trois morceaux égaux superposés dont le premier sera cannelé, et qui seront entaillées afin de pouvoir y sceller des ornements de bronze.

c. l’architrave d’une seule pièce, la frise et la corniche, hautes en tout de 134 cm, qui seront placées sur les chapiteaux de bronze, et enfin, un « socq et son couronnement d’une seule pièce « pour porter les figures d’anges ».

Buyster s’engageait à sélectionner les plus beaux marbres possible et à en soumettre des échantillons aux architectes. L’ouvrage lui serait payé 36.000 livres et devait être achevé, les piédestaux à la fin de l’année 1664, et le reste à la fin de 1665. Les anges dont Michel Anguier fournit les modèles (marché du 20 février 1664), prévus en bronze, furent, pour raison d’économie, exécutés en bois (marché du 25 mars 1665) et complétés de huit enfants ailés en bois portant des inscriptions, toutes ces sculptures du ciseau de Michel Anguier. Les bases et les chapiteaux de bronze doré que devaient fondre Prévost et Picart (marché du 20 février 1664) furent modifiés et exécutés sur un modèle demandé à François Anguier (marché du 25 mai 1664) par les mêmes fondeurs (marché du 27 mars 1666). Les ornements de bronze incrustés dans les colonnes, palmes, grenadiers et lauriers, ainsi que les chiffres de la reine décorant les bases furent fondus en bronze par Sautray et Vannier d’après des modèles de Lespagnandelle (marchés du 1er août et 14 novembre 1665).

En ce qui concernait les colonnes torses prévues, un nouveau marché fut passé le 21 février 1665 avec les marbriers Jean Legru et Jérôme Derbay en vertu duquel les deux marbriers se procureraient dans les carrières de Brabançon le marbre blanc et noir « le plus vif et le plus beau qui se pourra trouver », nécessaire pour quatre des six colonnes qu’ils ébaucheraient en suivant les modèles donnés par les architectes, à raison de 1700 livres la colonne, à moins que Buyster ne soit en mesure de fournir deux ou trois colonnes semblables selon la quantité de marbre se trouvant en sa possession. Buyster fit alors remarquer qu’aux termes de son propre marché du 23 février 1664, chaque colonne aurait dû lui être payée 1500 livres et non 1700, ce que reconnût Tubeuf qui accepta que les 200 livres de différence lui soient accordées pour le transport et l’acheminement des colonnes. Finalement Buyster ne fournit lui-même ni deux, ni trois des colonnes et le 28 mai 1665, un nouveau marché fut passé aux mêmes conditions avec les marbriers Legru et Misson pour les deux dernières colonnes, marché suivi de la même clause restrictive et et du même accommodement avec Buyster36 (doc. 24).

En 1667, les six colonnes torses en marbre noir et blanc de trois morceaux chacune, garnie chacune d’architrave, frise et corniche, quatre d’entre elles supportant des piédestaux, étaient couchées dans la nef et prêtes à être mises en place et polies, Buyster ayant passé pour cela des marchés avec un charpentier et un polisseur37 (doc. 25, 26).

Entre le 18 mars 1666 et le 9 décembre 1667, Buyster avait reçu des bâtiments du roi, en quatre versements, 10.000 livres d’acompte pour les six piédestaux, les six colonnes, les frises et les corniches, puis en 1667 encore, le complément pour le parfait payement de 37.720 livres pour ces ouvrages38.

Chaleix a montré que les six colonnes du baldaquin actuel sont exactement conformes à celles du devis de Buyster, à cette différence près qu’elles sont disposées sur un socle de plan circulaire et non ovale. En effet, les religieuses bénédictines avaient fait observer qu’elles ne pourraient suivre l’office ni voir l’autel depuis leur chapelle dans le bras sud de l’église si l’autel était construit sur un plan ovale au fond de la croisée. Aussi modifia-t-on le plan initial en le rendant circulaire, donnant à l’autel plus d’avancée vers le milieu de la croisée.

Il y a eu longtemps un désaccord parmi les historiens pour déterminer quel fut l’auteur véritable du dessin de l’autel et du baldaquin : Mansart39, Bernin40, Le Duc ou Le Muet41. Claude Mignot a démontré que Le Muet et Le Duc en étaient bien les co-auteurs, comme en font foi les marchés42, les deux architectes ayant repris l’idée de Mansart d’adosser le maître-autel à la chapelle du Saint-Sacrement en saillie, créant un baldaquin rappelant bien évidemment celui de Bernin à Rome avec ses colonnes torses, mais avec aussi beaucoup de différences. Dès le 11 août 1663, les deux architectes avaient présenté à la reine mère le grand modèle auquel se réfèrent tous les marchés passés par la suite à partir de février 1664 et exécutés. Les dessins proposés par Bernin n’intervinrent qu’après juillet 1665 et n’ont pas dû modifier le projet retenu.

39-42. Satyres et Nymphes pour le Grand Rondeau des jardins de Versailles (disparus)
1664-66

39. Joueuse de tambour avec un enfant satyre

40. Satyre avec un enfant satyre

41. Nymphe tenant une couronne de chêne

42. Satyre tenant une grappe de raisin et une flûte de Pan

Quatre statues pierre
H moyenne : env. 235 cm

JPEG - 109.3 ko
131. Israël Silvestre (1621-1691)
Veüe du Chasteau de Versailles, du costé de l’allée d’eau,
et de la Fontaine du Dragon

Gravure, 1676
Paris, Bibliothèque nationale de France
Photo : BnF
Voir l'image dans sa page

Ces quatre statues, ainsi que quatre autres de Lerambert sur des thèmes analogues, toutes en pierre, ont été commandées par les Bâtiments du Roi pour le parterre du Grand Rondeau43 dans le jardin de Versailles. Elles appartiennent au premier programme sculpté de Versailles. Ce Rondeau, qui occupait la place du futur bassin du Dragon, fut créé avec son parterre sous la direction de Le Nôtre en 1664. Un tableau conservé en main privée montre le parterre du Rondeau avec son bassin et quatre des statues en pierre. Une gravure d’Israël Silvestre datée de 1676 montre également le bassin du Dragon et deux des statues (ill. 131).

La commande à Buyster par les Bâtiments du Roi fit suite à la réintégration du sculpteur le 26 mai 1663 dans l’Académie dont il avait été destitué le 2 janvier 165544.

Les payements pour ces quatre statues s’échelonnent entre septembre 1664 et janvier 1666. Le 25 septembre 1664, Buyster reçoit un premier acompte de 200 l., puis le 22 mai 1665 de 200 l., le 4 décembre de 400 l. et de 300 l., enfin le 24 avril de 400 l. comme parfait payement pour un total de 1500 livres. De son côté Lerambert avait reçu une somme totale de 1800 livres45, différence qui peut s’expliquer par le fait que les statues de Lerambert étaient jugées supérieures à celles de Buyster. Guillet de Saint-Georges énumère les quatre statues de Buyster, mais dans l’éloge de Lerambert, non seulement il en détaille la description, mais il les qualifie de « remarquables »46, et de même Caylus dira un siècle plus tard que les statues de Lerambert « faisoient un peu de tort à leurs voisines sculptées par Buyster »47.

JPEG - 109.1 ko
132. Le jardin du Palais Royal après
les changements faits en 1730 par le duc
Louis d’Orléans
Gravure anonyme, 1730
Voir l'image dans sa page

En 1680, les huit statues furent remplacées par huit fontaines faisant suite à la série des Marmousets de l’Allée d’Eau ; elles allèrent alors décorer le tour du Bassin d’Apollon48. En 1693, elles quittèrent Versailles qui ne comptait plus de statuaire en pierre, et furent offertes par Louis XIV à son neveu le duc d’Orléans pour orner les jardins du Palais Royal à Paris (ill. 132) où elles se sont graduellement détériorées jusqu’à leur destruction à la fin du règne de Louis XV49.

Les huit statues ont été gravées par Jean Le Pautre en 1672 et 1675, puis par Simon Thomassin en 1689 et 169450. Les statues sont inversées gauche-droite dans Thomassin. (ill. 133-140).

JPEG - 150.3 ko
133. François Chauveau (1613-1676)
Statüe d’une Joueuse de tambour,
accompagnée d’un petit Satyre
,… par
Philippe de Buyster d’Anvers
Gravure
Photo : BnF
Voir l'image dans sa page
JPEG - 91.8 ko

JPEG - 148.7 ko
135. Jean Le Pautre (1618-1682)
Statue d’un Satyre, accompagné
d’un petit Satyre
…,
par Philippes
Buyster d’Anvers, Gravure, 1675
Photo : Thierry Prat
Voir l'image dans sa page
JPEG - 96.2 ko
136. Simon Thomassin (1655-1733)
Satyre. Bistel Sculp
Gravure, 1694
Photo : Thierry Prat
Voir l'image dans sa page

Thomas Hedin (cité note 1) a proposé de reconnaître en les frères Charles et Claude Perrault les inventeurs de ce programme enjoué où l’esprit burlesque se décèle de plusieurs façons, en particulier dans l’interprétation ironique des grands modèles, antiques ou modernes, auxquels ces statues se réfèrent, à quoi s’ajoutent maints détails ridicules perceptibles aux yeux des contemporains cultivés. Ces statues sont présentées par paires. Chez Buyster, Joueuse de tambour avec un petit satyre fait pendant à Satyre accompagné d’un petit satyre, et Nymphe tenant une couronne de chesne fait pendant à Satyre tenant une grappe de raisin. La Joueuse de tambour prend la pose de la Galathée de Raphaël, mais emprunte son vêtement à la Lucrèce gravée par Marcantonio Raimondi d’après Raphaël ; le Satyre accompagné de l’enfant satyre parodie le célèbre Bacchus ivre de Michel-Ange. La Nymphe tenant une couronne de chesne n’est qu’une transposition de la Flore Farnèse antique, revue pour le décolleté par François Perrier dans ses Segmenta ; elle plonge hardiment son regard dans les yeux du Satyre qui lui fait face.

JPEG - 157.9 ko
137. Jean Le Pautre (1618-1682)
Statue d’une Nymphe tenant une couronne
de chesne
…, par Philippes de Buyster
d’Anvers, 1672
Gravure
Photo : Thierry Prat
Voir l'image dans sa page

Pour marquer sa reconnaissance envers l’Académie qui l’avait rétabli en son sein, Buyster, le 4 janvier 1665, « fit présent d’un Satyre de terre cuite, qui a dix huit pouces de hauteur [48,6 cm] et qui tient d’une main une grappe de raisin, et de l’autre cette espèce de flûte à plusieurs tuyaux que les anciens appeloient syrinx »51. Il s’agissait manifestement du modèle pour le Satyre tenant une grappe de raisins en pierre auquel Buyster était en train de travailler, ou encore une réduction de cette statue. Il ne figure pas dans l’inventaire dressé le 12 mars 1693 « des figures en terre, cire et plâtre données par Ms. les Recteurs et Professeurs »52. Pourtant Caylus au milieu du XVIII e siècle porte un jugement favorable sur cette œuvre qu’il a manifestement vue, probablement à l’Académie : « La manière en est large quoique un peu lourde mais ce qu’on y voit avec plus de satisfaction c’est un grand sentiment de chair… »53. André Fontaine la porte disparue dans l’inventaire de l’an II54

JPEG - 65 ko
138. Simon Thomassin (1655-1733)
Flore. Bistel Sculp.
Gravure, 1694
Photo : Thierry Prat
Voir l'image dans sa page
JPEG - 156.9 ko
139. Jean Le Pautre (1618-1682)
Statue d’un Satyre tenant une
grappe de raisin
…, par Philippes de
Buyster d’Anvers, Gravure, 1672
Photo : Thierry Prat
Voir l'image dans sa page

Un beau dessin à la sanguine, anonyme (et inédit), montre ce Satyre, ou peut-être celui en pierre du Grand Rondeau55 . (ill. 141). Le modelé des chairs est indiqué avec délicatesse, la peau de bouc pendant sur son bras traitée avec souplesse. Peut-on l’attribuer à Buyster lui-même ? Le seul autre dessin que nous connaissions de sa main est son projet pour le tombeau du cardinal de La Rochefoucauld, peu comparable dans la mesure où il s’agit là plus d’une mise en place générale des éléments du monument que d’un dessin achevé. Mais il est rare qu’un sculpteur donne de ses œuvres un dessin aussi fini que cette sanguine. S’agirait-il alors d’un dessin en vue d’une gravure ? L’angle sous lequel est représenté le Satyre, complètement de face, diffère légèrement de celui de la gravure de Le Pautre où il est vu un peu plus de trois quarts et par en-dessous, et Le Pautre traite son sujet avec brio, mais aussi plus de dureté. L’approche du sujet rappellerait plutôt la manière d’un Philippe Simonneau.

JPEG - 85.4 ko
140. Simon Thomassin (1655-1733)
Satyre. Bistel Sculp
Gravure, 1694
Photo : Thierry Prat
Voir l'image dans sa page
JPEG - 102 ko
141. Anonyme
Satyre
Sanguine
Paris, Bibliothèque nationale de France
Photo : BnF
Voir l'image dans sa page

43. Modèles pour le jubé de l’église du Saint-Sépulcre à Paris (disparus)
1665

a. Crucifix

b. La Vierge

c. Saint Jean l’Evangéliste

d. e. Deux Anges

H. moyenne : 130 cm

« Il fit aussi les modèles du Crucifix, de la Vierge et de Saint Jean posés au-dessus de la porte du chœur de l’église du Sépulchre dans la rue de Saint-Denis, et ces modèles furent exécutés par M. Le Gendre, adjoint à professeur de l’Académie » (Guillet)56. Nicolas Le Gendre fut adjoint à professeur en 166557.

L’église du Saint-Sépulcre fut fondée en 1325 pour loger les pèlerins du Saint-Sépulcre de Jérusalem de passage à Paris. Elle reçut des boiseries du dessin d’Antoine Le Pautre pour le maître-autel et son retable, le jubé fermant le chœur, la chaire du prédicateur et la porte de la sacristie qui furent exécutées par le menuisier Jean Langlassé. Les chanoines tardant à verser à ce dernier les 22400 livre auxquelles ils s’étaient engagés, Langlassé entamma des poursuites en 1667 ; deux expertises furent faites, les 12-13 mai et les 15-16 juin 1671, la seconde par Buyster et J. Samson58, qui fournissent une description minutieuse des boiseries et de leur abondant décor sculpté fait « peu avant 1666 ».

Sur le jubé étaient posées cinq statues en bois : le Crucifix, la Vierge et Saint Jean, ainsi que deux anges, le tout estimé 800 livre. Buyster avait probablement aussi donné le modèle des anges et, peut-être – mais aucun document ne le confirme – des sculptures du maître-autel : encore une Vierge et un Saint Jean dans deux niches ainsi que six anges au-dessus des portes. Caylus jugeait que parmi les trois statues du jubé, « le Christ est la meilleure », lui paraissant « faire coulant et agréable »59.

Le 2 décembre 1790, les scellés furent apposés sur l’église et le mobilier fut inventorié le 17 mai 1791. Les boiseries furent mises sous la garde de Lenoir60 . On n’en a rien retrouvé.

44. Galère, pour le divertissement du roi (disparue)
1665

En 1665, Buyster paya des ouvriers chargés de construire une galère qu’il avait entreprise avec le peintre Noël Quillerier « pour le service et divertissement de Sa Majesté », ce pour quoi il avait dû emprunter 3000 livres à Quentin Constantin, procureur de la Chambre en Parlement ; mais les ouvriers menaçaient de cesser l’achèvement du travail, Quillerier ayant refusé d’acquitter sa quote-part61 (doc. 27). La construction de la galère royale fut toutefois menée à bonne fin. En effet, si dans les années 1664-66, on ne connaît comme bateau d’agrément du roi que les trois qui flottaient sur le canal de Fontainebleau et en 1666 celui du canal de Versailles, on sait que le roi disposait en 1668 sur la Seine d’une galère avec capitaine et committee (officier commandant la chiourme et faisant ramer sept forçats)62 .

45. Ouvrages au corps central du palais des Tuileries
1665-68

a. Sculpture ornementale (disparue)
Pierre

b. Modèles pour dix statues (disparus)

c. La Piété (aujourd’hui coll. Cartier, U.S.A.)
Pierre de Trossy

d. Religion (musée du Louvre)
Pierre de Trossy
H. 225 ; L. 79 ; Pr. 54 cm

Une des premières tâches de Colbert à la surintendance des Bâtiments du roi fut la remise en valeur et l’embellissement des Tuileries. Il chargea Louis Le Vau d’unifier le palais qui avait été édifié par étapes au XVIe siècle et de lui donner plus d’ampleur. En particulier le pavillon central fut remanié sur plan carré. Inspiré du pavillon de l’Horloge du Louvre dû à Jacques Lemercier, il fut coiffé d’un nouveau dôme et ses façades furent rythmées de colonnes de marbre rouge et d’ouvertures où alternaient plein cintre et linteau droit. Le décor sculpté, dix-huit statues et décoration ornementale, sur jardin et sur cour fut confié à Buyster (côté jardin) et Thibault Poissant (côté cour).

Pour la première – et dernière – fois de sa carrière, voici Buyster investi, comme Thibault Poissant, de la direction d’un chantier. L’un comme l’autre ont leur atelier et leur logement aux Tuileries, adossés au mur du côté de la volière, ce qui facilitera les va-et-vient sur le chantier. L’un comme l’autre ont fait leurs preuves sur les chantiers royaux, Poissant plus récemment, depuis seulement 1658, mais il jouit d’appuis solides en particulier auprès de l’Académie. De qui émane la décision ? Sans doute de l’architecte Louis Le Vau, certainement conseillé par Charles Perrault qui a eu l’occasion d’apprécier le talent de Buyster à Versailles dans ses statues du Grand Rondeau. Car il semble que Charles Perrault, ayant été prié par Colbert et la Petite Académie de définir le programme à sculpter sur les façades de ce nouveau pavillon, a été en définitive la pièce maîtresse sur cet équichier.

Est-ce à dire que c’est lui qui a organisé le programme ornemental ? On ne peut l’affirmer, mais il se permet de le modifier en cours d’exécution et il en fait un point de départ pour la symbolique des dix-huit statues qui décoreront l’étage de l’attique, huit statues à la façade orientale vers le Carrousel, et dix à la façade occidentale vers le jardin, dressées sur la corniche ou assises sur les rampants des deux frontons.

Plusieurs données documentaires mises en confrontation permettent de savoir à peu près quelle fut la participation de chaque sculpteur engagé dans cette entreprise : les Comptes des Bâtiments du Roi63 (pas nécessairement complets ni précis), les manuscrits utilisés par Guillet de Saint-Georges dans la rédaction de ses vies de sculpteurs académiciens (à utiliser avec un esprit critique)64, le témoignage plus tardif de Caylus, enfin l’étude du style des quelques débris de statues qui ont survécu à la destruction du palais en 1882-83, suite à l’incendie de 1871.

L’aspect même des façades du pavillon central est restitué d’une part grâce aux planches gravées de Jean Marot (Vestibule du côté de la cour, Vestibule du côté du grand Iardin), d’autre part de façon plus détaillée par des photographies anciennes prises peu après l’incendie de 187165.

Enfin le sujet de chacune des dix-huit statues avec l’appareil symbolique mis en œuvre est proposé par Charles Perrault dans un Mémoire qu’il a rédigé en 1666, visant à exalter le pouvoir royal à travers ces figures allégoriques, Vertus morales qui affermissent ce pouvoir en temps de guerre comme en temps de paix66.

L’analyse et la synthèse de ces composantes ont fait l’objet d’une étude de Geneviève Bresc-Bautier67 dont nous suivons ici les conclusions en les recentrant sur Buyster.

Les Comptes des Bâtiments du Roi indiquent que Buyster reçut entre le 4 juillet 1665 et le 31 décembre 1666 plusieurs versements, conclus deux ans après l’achèvement des travaux le 24 décembre 1668 par un parfait payement de 24.092 livres 35 sols 4 deniers pour l’ensemble des ouvrages faits par lui à la façade occidentale du palais, tandis que Thibault Poissant touchait pour des ouvrages analogues à la façade orientale 23.134 livres. Ces payements recouvrent à la fois la sculpture décorative commencée dès 1665, le payement des modèles, enfin l’exécution des statues.

Un contrat passé devant notaire entre Buyster et le sculpteur Michel de La Perdrix le 6 juin 1666 (doc. 28) révèle que Buyster sous-traita ce dernier pour l’exécution de quatre statues et un motif au milieu du fronton, La Perdrix devant se conformer aux modèles de Buyster qui, en outre, fournissait à ses frais la pierre de taille68. La Perdrix aurait-il été antérieurement apprenti dans l’atelier de Buyster, c’est possible, mais il ne l’était certainement plus en 1666, sinon Buyster n’aurait pas eu besoin de passer un contrat avec lui. Depuis 1663, année qui coïncide avec la réintégration de Buyster au sein de l’Académie, La Perdrix y suivait des cours. Cette commande pour les Tuileries est la première en date que nous lui connaissions69.

Sculpture décorative

JPEG - 139.9 ko
142. Façade occidentale
du pavillon central des Tuileries, en 1871
Ancien cliché Franck
Photo : BnF
Voir l'image dans sa page

On peut s’en faire une idée assez précise grâce aux planches de Marot et aux photographies anciennes prises en 1871 (ill. 142).

Au premier ordre, ionique, le dessus de la grande porte cintrée est orné d’un bas-relief composé d’une tête d’Apollon dans une couronne de laurier et de deux cornes d’abondance de part et d’autre.

Des doubles consoles superposées avec un décor végétal difficile à distinguer flanquent la baie rectangulaire au milieu du second ordre, corinthien.

Le décor est plus abondant au-dessus des baies cintrées et des niches du troisième ordre, également corinthien : au-dessus de la baie centrale, un masque ou un muffle de lion entouré d’étendards, d’armes, d’un faisceau de licteur ; de chaque côté de cette baie, deux bas-reliefs rectangulaires en hauteur ornés de trophées suspendus à un clou enrubanné ; des carquois entrecroisés dans les deux bas-reliefs rectangulaires en largeur au-dessus des niches latérales ; au-dessus des baies de part et d’autre de l’avant-corps central, une couronne de laurier, des rubans et des guirlandes.

Enfin la sculpture décorative se concentre à l’étage de l’attique dans le fronton, avec trophées militaires constitués de cuirasses, casques et étendards ; au milieu de ce fronton, La Perdrix aurait dû sculpter « sur le dessin qui lui en sera donné par led. Sr. Buyster, un tapis et une couronne avec deux sceptres », mais Perrault, jugeant trop resserrée la place réservée à ces motifs, proposa « de placer la couronne sur la pointe du fronton et par ce moyen on donne aux armes du Roi la grandeur qu’elles doivent avoire pour estre veues distinctement de tous cotéz », ce qui fut réalisé. C’est donc un cartouche avec les armoiries royales qui fut sculpté au milieu du fronton, visible sur la planche de Marot, la pointe du fronton portant en hors d’œuvre, sur un dé, la couronne étant posée sur un tapis. La Révolution la fit disparaître et les armoiries furent bûchées. En 1806, une horloge circulaire de Lepaute fut installée en leur place au milieu de chaque fronton. Quand en 1882-83 le palais fut démoli, si l’on sauva le fronton de Thibault Poissant (aujourd’hui visible dans le square Georges Cain rue Payenne), rien ne semble avoir été conservé de la sculpture décorative de Buyster à la façade occidentale.

Des statues, en général copies d’antiques, furent placées dans les niches, auxquelles Buyster est étranger ; sur la photo ancienne, on reconnaît une Vénus Callipyge.

Dix modèles pour les dix statues de l’attique

Dix statues se dressèrent à l’attique de la face ouest dont Buyster fournit les modèles, et huit seulement à la face est sur des modèles de Poissant, différence due à la saillie plus importante de l’avant-corps de la face ouest permettant de placer deux statues supplémentaires dans les encoignures. Le sujet des statues a été indiqué par Charles Perrault qui en explicite le choix et la symbolique. Sur le fronton sont assises la Piété et la Justice « qui ne sont pas moins l’appuy et le soutien de la couronne que la Valleur et la Prudence [sur le fronton de la face orientale] particulièrement durant la paix ». Quatre statues debout, « quatre Vertus » accompagnent la Piété : de droite à gauche la Religion, le Zèle, la Bénignité et la Clémence, et quatre autre accompagnent la Justice, de gauche à droite : l’Autorité, la Sincérité, la Paix et la Concorde.

Piété et Religion

Les dix statues furent exécutées par plusieurs sculpteurs. Selon les Mémoires inédits, à Buyster reviendraient les deux « Renommées assises sur le fronton (en fait la Piété et la Justice) et six figures en pied : Religion, Justice (en fait Autorité selon Perrault) et quatre Vertus morales, Le Hongre ayant sculpté à l’extrême droite la Concorde, et Lerambert une Vestale dans l’encoignure de gauche (Bénignité selon Perrault).

Mais les Comptes des Bâtiments créditent Lerambert de deux statues, Le Hongre d’une, et Massou d’une également, ce qui par soustraction ne laisse à Buyster que six statues. Nous avons vu d’autre part que le même Buyster avait confié à Michel de La Perdrix en sous-traitance l’exécution de quatre de ses six statues, dont une couchée sur le fronton. Chacune des statues était payée par les Bâtiments du Roi 400 livres. Le marché avec La Perdrix se montait à 650 livres, y compris la couronne et le tapis, ce qui ramenait l’exécution d’une statue par La Perdrix à environ 150 livres et non 400, Buyster se réservant la différence. En payement de leurs six statues, les Bâtiments versèrent à Buyster au total 3870 livres (peu importait qu’il en eût sous-traité une partie), et à Poissant 3570 livres, somme incluant sans doute le payement de huit modèles à Poissant et de dix modèles à Buyster.

Des dix statues de la façade occidentale, trois et la tête d’une quatrième ont survécu aux destructions. Ce sont : la figure assise de la Piété (aujourd’hui appartenant à la Fondation Cartier, sans doute aux USA) ; on en possède une photo ancienne lorsqu’elle se trouvait en 1906 dans la cour du musée Godefroy rue Lacépède à Paris70 ; la statue debout de la Religion71 (aujourd’hui au musée du Louvre, R.F. 3725) ; la Sincérité (au Louvre, R.F.3726) ; et la tête de la Justice (Louvre, R.F.3330)72 .

Un examen stylistique permet d’attribuer à La Perdrix, auteur d’une des deux statues assises sur le fronton, la tête de la Justice, comparable par son caractère anguleux au « Tempérament mélancolique » qu’il sculpta en 1974 pour Versailles.

JPEG - 50.8 ko
143. Philippe de Buyster (1595-1688)
La Piété
Pierre de Trossy - L. 290 cm
Ancien cliché fait entre 1905 et 1912
dans le jardin de Godefroy, 8, rue Lacépède à Paris
Photo : Alice de La Moureyre
Voir l'image dans sa page

Dès lors revient à Philippe de Buyster la figure symétrique de la Piété (ill. 143), sorte d’ange adolescent ailé aux cheveux en flamme, qui tient une corne d’abondance. Perrault explicite : « La Piété regarde ou Dieu ou le prochain. En tant qu’elle regarde Dieu, elle a pour objet la Religion et se porte à la maintenir par le zèle quy l’enflame et le fait agir ; en tant qu’elle regarde le prochein, ou elle regarde tous les hommes pour qui elle a des sentimens de douceur et de tendresse, et c’est Bénignité, ou elle regarde les coupables pour leur pardonner et c’est Clémence ». Aussi cette Vertu aura pour compagnes la Religion, le Zèle, la Bénignité et la Clémence. Mais pour cette Vertu, Perrault n’en a pas précisé les attributs qui sont détaillés dans Ripa (dans la traduction de Baudoin, p. 150) : « une Femme extremement belle… , les yeux à fleur de teste, le nez aquilin, des flammes en lieu de cheueux, des aisles au dos, la main gauche du costé du cœur, & en la droite une Corde d’abondance, d’où tombent diuerses choses qui sont utiles à la vie humaine ».

A Buyster on peut également attribuer la Religion, qui était bien en vue à côté de la Piété ; son attitude souple, le drapé léger et l’expression intense du visage au voile artistement posé sur les cheveux appartiennent bien à sa manière (ill. 144, 145). « La Religion sera représentée par une femme voillé, tenant du feu ou une flamme en sa main gauche et en sa droite un livre et une croix » (Perrault).

JPEG - 88.6 ko
144. Philippe de Buyster
(1595-1688)
La Religion
Pierre de Trossy - H. 225 cm
Photo : Thierry Prat
prise à Maisons-Laffitte (1989)
Voir l'image dans sa page
JPEG - 99.8 ko
145. Philippe de Buyster
(1595-1688)
La Religion
Pierre de Trossy, H. : 2,25 m
Photo : Thierry Prat
prise à Maisons-Laffitte (1989)
Voir l'image dans sa page

A Lerambert est attribuée la Sincérité en raison de son allure dansante et du traitement mouillé de son vêtement qui rappellent les Nymphes du Rondeau de Versailles ; elle était placée perpendiculairement à droite de l’avant-corps et on l’aperçoit de profil sur le cliché ancien.

Des six autres statues, dont quatre sont visibles sur l’ancien cliché, on peut penser que Buyster et La Perdrix s’étaient réservé celles qui étaient le plus en vue : symétrique de la Religion de Buyster, à droite du fronton, l’Autorité serait de La Perdrix, tenant un bâton de commandement et accompagnée de faisceaux (Perrault). Et peut-être, à l’extrémité de gauche de cet attique, la Clémence serait aussi de La Perdrix (elle qui, selon Perrault, brandissait une hache rompue, n’a plus ni tête ni bras sur l’ancien cliché). Au revers à gauche de l’avant-corps, Lerambert est crédité de la statue de l’encoignure, c’est-à-dire la Bénignité (invisible sur la photo) accompagnée du « pélican de la bonté, et une branche de pin » (Perrault) ; La Perdrix pourrait alors avoir sculpté le Zèle à côté de la Bénignité, que l’on entrevoit de profil sur le cliché, « jeune homme ayant une flamme autour de la teste et tenant une espée flamboyante » (Perrault). A l’extrême droite, c’est la Concorde de Le Hongre (Mémoires inédits), bien visible sur le cliché, « avec un faisceau de flèches » (Perrault). Aussi la dernière des dix statues, la Paix, placée dans l’encoignure de droite, serait de Massou ; elle n’est pas visible sur le cliché ; elle tenait « son rameaux d’oliviés » (Perrault).

Les quelques statues encore existantes démontrent non seulement que le programme très cohérent proposé par Perrault dans son Mémoire de 1666 a été accepté, mais encore que les détails iconographiques qu’il a suggérés ont été fidèlement représentés par les sculpteurs.

46. Deux modèles de vases antiques
1668

Le 7 mars 1668, Buyster recevait 400 livres pour avoir vendu au roi deux modèles de vases antiques73, qui devaient se trouver dans son atelier. Il s’agissait de vases inspirés de l’antique, les plus célèbres étant les vases Borghèse ou Médicis, le premier connu par les gravures de Perrier (1645), le second par celles de Stefano della Bella (1656)74. Que l’on se souvienne que dans l’inventaire de l’atelier de Buyster sont répertoriés par Lespingola « trois vases de terre cuite modelés fort riches » estimés 75 livres, qui eux, n’avaient pas trouvé preneur75 .

Quel usage le roi voulait-il en faire ? Les utiliser dans le décor de la fête de Versailles du 18 juillet, pour la salle de collation ? Ou comme modèles pour les grands ouvrages d’argenterie auxquels travaillaient les orfèvres et qui comportaient souvent des vases ? Ou encore pour orner quelque maison royale ? En ce qui concerne Versailles, remarquons que les premiers vases qui ornèrent ses jardins ne devaient rien aux modèles antiques ; datant de 1665 et 1666, ils étaient en bronze et avaient été exécutés d’après des dessins de Ballin et d’Anguier.

47. Chambranle et foyer de cheminée pour Saint-Germain-en-Laye (disparu)
1668
Marbre

Le 28 mai 1668, Buyster fut payé 250 livres pour cet ouvrage posé dans la chambre du roi au château de Saint-Germain76. Dans l’inventaire dressé après la mort de Buyster est mentionné : « un grand chambranle de marbre noir et blanc » estimé 50 livres77.

48. Moulages du buste du Bernin représentant Louis XIV (disparus)
1669
Plâtre

Le 12 avril 1669, Buyster reçut des Bâtiments du roi 175 livres « pour trois bustes du roy qu’il a moulez après celui du cavalier Bernin »78. Dans son inventaire après décès seront répertoriés de même « trois bustes du Roy en plastre du chevalier Bernin »79.

Le buste du Bernin avait été taillé dans le marbre lors du séjour parisien du sculpteur romain. Chantelou raconte dans son journal que le mardi 30 juin 1665, Buyster et Guérin avaient été tenus l’un et l’autre de lui présenter dans la Salle du Conseil du Louvre une pièce de marbre, pièces qui furent jugées assez belles80. Le 1er septembre suivant, les Bâtiments du Roi payèrent 784 livres à Buyster et 819 livres à Guérin pour leur bloc de marbre, et celui de Guérin eut peut-être la préférence car le 28 décembre il recevait à nouveau 482 livres pour le bloc de 19 pieds qu’il avait livré81.

Le buste de Louis XIV par le Bernin (Versailles, Salon de Diane) connut un grand retentissement et fut souvent reproduit. Le 15 juillet 1666, Cassegrain en faisait le moule, peut-être pour une reproduction en bronze. En 1668, Thibault Poissant était lui aussi payé 200 livres pour quatre bustes moulés sur celui de Bernin82 et le même Poissant livra en 1673 six bustes du roi, probablement sur le même modèle83 . Aucun de ces moulages n’a été identifié.

49. Tête d’Apollon (disparue)
1669
Bas-relief marbre blanc

Cette tête d’Apollon, dont la destination n’est pas précisée, fut payée 500 livres à Buyster le 23 juin 166984. Le payement apparaît dans le chapitre des « diverses dépenses des Bâtiments du roi ». Une tête d’Apollon dans une couronne de laurier surmontait la grande porte cintrée du rez-de-chaussée, façade ouest, du palais des Tuileries, exécutée par Buyster ou dans son atelier, mais elle était sans doute en pierre (n. 45a).

50. Chambranles et foyers de cheminée pour le roi (disparus)
1670
Marbre

Payés 2700 livres en deux versements le 6 juin et le 17 octobre, sans précision sur leur destination85
.


Françoise de la Moureyre, jeudi 25 octobre 2007


Notes

1H. Verlet, Epitaphier, V 1, 1974, p. 147.

2Le Maire, Paris, I, 1685, p. 553 ; Brice, Descr., 1684, I, p. 36 et éds. suivantes.

3MCAN, XLV, 206, publié par Edmée Sainte-Beuve, « Le tombeau des Rostaing à Saint-Germain l’Auxerrois », BSHAF, 1950, p. 64-70. Chaleix, p. 117-118. Bernadette Wirtz-Daviau, « Henry Chesneau de la Garnache en Poitou, panégyriste du Marquis de Rostaing », Annuaire de la Société d’émulation de la Vendée, 1966-67, p. 65-70.

4BnF, ms. Clairambault 1116, fol. 15.

5Brice, Descr., 1752, III, p. 293.

6Piganiol, Paris, 1765, II, p. 449.

7Millin, Antiq. nat., 1790, I, p. 15-19.

8Courajod, Lenoir, I, (année 1792) n° 31.

9Ibid., II, (année 1793) n° 38.

10Gravure dans Musée des Monuments français, V, pl. 183, p. 2-84.

11Musée impérial des Monumens français, 1810, n° 186.

12N. Troche, "Histoire et monographie de l’église Saint-Germain l’Auxerrois", ms. BHVP, fol. 238-39.

13. Raunié, Epitaphier, IV, 1914, p. 288-301 ; Boinet, Égl. par., I, p. 285-86 ; Verlet, op. cit. note 1, p. 112-14, 119-121.

14Sainte-Beuve, art. cit. note 3. Nous suivons encore moins Bernadette Wirtz-Daviau citée en note 3, qui attribue ces deux priants à Buyster lui-même

15Arch. nat., LL 15055, p. 455-58, in Raunié, Epitaphier, II, 1893, p. 363-68.

16Piganiol, Paris, 1765, IV, p. 225 ; Millin, Antiq. nat., II, 1790, p. 119.

17MCAN, XLV, 206. Ouvrage non cité par Chaleix.

18Guilhermy, Inscriptions, I, p. 466-73.

19Ouvrage composés entre 1650 et 1661 par Henry Chesneau, le généalogiste des Rostaing et conservé dans la coll. Clairambault, Bibl. nat., Clairambault 1116, fol. 35. Cf. Bernadette Wirtz-Daviau, « Henry Chesneau de la Garnache en Poitou, panégyriste du Marquis de Rostaing », Annuaire de la Société d’émulation de la Vendée, 1966-67, p. 65-70.

20Raunié, ibid.

21Chaleix, p. 51-54, documents p. 145-154 ; Claude Mignot, « L’église du Val-de-Grâce au faubourg Saint-Jacques de Paris : architecture et décor », BSHAF, 1975, p. 104 ; Id., Le Val de Grâce. L’ermitage d’une reine, 1984, Paris, C.N.R.S. éd., p. 78-86.

22MCAN, CXII, 90, retranscrit dans Chaleix, p. 145-46.

23MCAN, CXII, 92, retranscrit dans Chaleix, p. 149.

24Chaleix, p. 65 ; Darode, « Mémoire sur la restauration de l’église du Val de Grâce pendant les années 1862, 63, 64 », carton 148, texte retranscrit dans Chaleix, p. 159-161.

25MCAN, CXII, 91, retranscrit dans Chaleix, p. 147-48.

26Brice, Descr., 1752, III, p. 146.

27MCAN, CXII, 93, retranscrit dans Mignot, 1975, p. 112, doc. n° 10.

28MCAN, CXII, 92, retranscrit dans Chaleix, p. 149.

29Chaleix, p. 161.

30Guillet, p. 287.

31MCAN, CXII, 92, retranscrit dans Chaleix, p. 149-150.

32MCAN, CXII, 96, retranscrit dans Chaleix, p. 152-53.

33MCAN, CXII, 115, retranscrit dans Mignot, doc. 53, p. 132.

34Chaleix, p. 60.

35Marché découvert par P. Chaleix, « A propos du baldaquin de l’église du Val-de-Grâce », BSHAF, 1961, p. 211-14 ; Id., p. 61-63.

36Les marchés ci dessus énoncés ont été passés dans l’étude CXII, du MCAN et publiés partiellement par Claude Mignot, « L’église du Val-de-Grâce au faubourg Saint-Jacques de Paris : architecture et décor », BSHAF, 1976, p. 119-31. Dans notre doc. 23, nous fournissons plus de détails.

37Marché du 4 mars 1667 entre Buyster et le charpentier Toulleza moyennant 320 livres, et marché du 6 avril 1667 entre Buyster et les poliseurs Lalande, Tissé et Roger, moyennant 330 livres, MCAN, CXVII, 66, marchés non cités par Chaleix ni Mignot. Le polisseur attitré de Buyster pour le Val-de-Grâce, François de la Valette, qui était aussi son serviteur, venait de décéder le 2 mars 1667, cf. Herluison, p. 62, aussi Buyster avait-il dû en trouver d’autres.

38CBR, I, 164, 230.

39Selon Pierre du Colombier, L’église du Val-de-Grâce, coll. Nefs et Clochers, Paris, 1948, et Pierre Lemoine, « Le maître autel de l’église du Val de Grâce », BSHAF, 1960, p. 95-106.

40C’est Sauval (Antiquitez, I, p. 419) le premier (ou plutôt son compilateur et éditeur de 1724, car Sauval écrivait vers 1655) qui affirma que Bernin était l’auteur des dessins, affirmation reprise par M. Reymond, « L’autel du Val-de-Grâce et les ouvrages du Bernin en France », GBA, 1911, I, p. 367-94.

41En faveur du seul Le Duc, cf. M. Beaulieu, « Gabriel Le Duc, Michel Anguier et le maître autel du Val-de-Grâce », BSHAF, 1945-46, p. 150-61.

42Claude Mignot, art. cit. note 2, p. 106-107 ; Id., Le Val-de-Grâce. L’ermitage d’une reine, Paris, 1994, p. 88.

43Pierre de Nolhac (La création de Versailles, 1925, p. 40), suivi par Chaleix, p. 98-100, se trompe quand il situe ce Grand Rondeau sur l’axe est-ouest à l’aboutissement de la Grande Allée – future Allée Royale – à l’endroit du futur Bassin d’Apollon, erreur rectifiée par Alfred Marie, Naissance de Versailles, I, 1968, p. 36, 53, 89. Sur l’aménagement de ce parterre, son programme iconographique, son inventeur et les intentions sous-jacentes, cf. Thomas Hedin, « The Petite Commande of 1664 », dans Art Bulletin 83, dec. 2001, trad. fr. « La petite commande de 1664. Apparition du burlesque dans les jardins de Versailles », dans Versalia 7, 2004, p. 74-111. Le tableau montrant le parterre du rondeau au pied de l’Allée d’Eau a été attribué à Van der Meulen ou à son école ; il est reproduit dans Marie, pl. XLIII, et dans Hedin, Versalia, fig. 4.

44Procès verbaux, I, 96, 227, 274.

45Payements à Buyster dans BnF, Ms.fr. 14108 fol. 50r°, 14109, fol. 58v°, 62r° et v°, 67r°. Payements à Lerambert 14108 fol. 50v°, 14109, fol. 58v°, 60r° et v°, 64r°, 66v°. CBR, I, 22, 79.

46Guillet Mémoires inédits, Vie de Buyster p. 288, Vie de Lerambert p. 333.

47Caylus, p. 123 v°.

48Guillet, cité note 4, p. 288, et Combes, Explication historique, 1681, p. 102-103.

49Piganiol, Paris, 1765, II, p. 238 ; Hébert, Dict. pitt., 1767, I, p. 361 ; Dezallier, Paris, 1757, p. 176 (Lerambert). Certaines de ces statues sont représentées grossièrement dans une estampe du musée Carnavalet.

50Simon Thomassin, Recueil des figures, groupes, termes, fontaines, vases et autres ornemens tels qu’ils se voyent à présent dans le château et parc de Versailles, 1689 et 1694.

51Guillet, Vie de Buyster, p. 284.

52Bibliothèque de l’Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts, ms. 36.

53Caylus, p. 121, qui ajoute : « ce sentiment de chair dont toutes les écoles de Flandres ne se sont jamais écartées, heureuses si la justesse des contours, si la noblesse et le choix des expressions avoient esté portées dans leurs ouvrages au mesme degré de perfection ».

54A. Fontaine, Les collections de l’Académie royale, Paris, 1910, p. 137.

55BnF, Est., B1 réserve fol.

56Guillet, p. 285.

57Procès-verbaux, I, 270, 287.

58Arch. nat., Z 1j 310 et 311 (documents inédits).

59Caylus.

60« Inventaire des tableaux et sculptures...par Doyen et Mouchy », Arch. nat., S 922 ; F 17 1261, pièce n° 28.

61Obligation du 22 mars 1665, MCAN, CXVII, 60.

62CBR, I, 36, 135, 146, 237.

63« Comptes des bâtiments du roi », BnF, Mélanges Colbert 315, et CBR., éd. Guiffrey, I, 70, 71, 123, 124, 183, 243, 245.

64Mémoires inédits, I, Guillet, (éloge de Buyster) p. 282, et en bas de page de l’éloge de Poissant, les notes de Mazière, Regnaudin, Magnier et autre, p. 327-328.

65BnF, Cab. des Estampes, Va 220d, cliché Franck.

66Publié par G. Bresc-Bautier, « Le décor sculpté du pavillon central du Palais des Tuileries (1666-1668) », communication à la séance du 22 février 1984 à la Société des antiquaires de France, publiée dans le Bulletin de la Société nationale des Antiquaires de France, 1984, p. 53-55.

67G. Bresc-Bautier, « Iconologie de l’Etat monarchique : la statuaire du dôme central des Tuileries. 1666-1668 », Revue du Louvre, 1987-1, p. 31-38.

68MCAN, CXVII, 64, dans Chaleix, p. 53-55, 157-58.

69Sur Michel de La Perdrix, cf. French Sculptors, II, p. 197-197 et IV, p. 132-133.

70Le collectionneur (et photographe) parisien Godefroy acquit, lors de la démolition des Tuileries en 1882, la statue de la Piété qu’il présenta au public en compagnie de vestiges d’édifices de monuments détruits, dans son jardin du 9, rue Lacépède. La Piété, dénommée « le Génie des Tuileries », en était une des pièces maîtresses et fut alors photographiée. En 1910 après la fermeture de ce petit musée de vestiges, le bijoutier Cartier acquit cette statue.

71La Religion porte le numéro d’inventaire RF 3725. Cf. le catalogue du Louvre : Sculpture française. II-Renaissance et Temps modernes, 1998. Vol. I, p. 327 : réservée par le Louvre après l’incendie de 1871 par l’architecte Garnier lors de la démolition du pavillon en 1882, la statue fut déposée au ministère de l’Instruction publique de mai 1900 à 1903. On la signale dans les magasins du Louvre en 1910. Placée dans un parterre devant le château de Maisons-Laffitte (Inv. DML 20A) de 1912 à 1990, elle regagne ensuite le musée du Louvre où elle est exposée dans les galeries commerciales contre un ancien mur de la contrescarpe, en compagnie de quelques éléments de la statuaire des Tuileries.

72Cf. le catalogue du Louvre Sculpture française cité supra, p. 453.

73CBR, I, 275. Non signalé par Chaleix.

74Les premières expéditions de vases de Rome vers Paris ne sont pas antérieures au premier semestre de l’année 1679. Toutefois dès 1673, Hurtrelle, pensionnaire à l’Académie de France à Rome, était occupé à copier sans doute le Vase Borghèse ou le Vase Médicis qui ne gagnerait Versailles que quelques années plus tard.

75Cf. doc. 1, dans l’inventaire après décès du sculpteur, voir l’inventaire des sculptures.

76CBR., I, 259. Non signalé par Chaleix.

77Cf. doc. 1, l’inventaire des sculptures de l’atelier.

78CBR, I, 359. Chaleix , p. 100.

79Cf. doc. 1, l’inventaire des sculptures de l’atelier.

80Chantelou. Journal de voyage du Cavalier Bernin en France, édition de Milovan Stanic, Paris, 2001, p. 65. CBR , I, 98.

81CBR, I, 150.

82CBR, I, 277.

83CBR, I, 735.

84CBR, I, 359. Chaleix, p. 100, 159.

85CBR, I, 419. Chaleix , p. 100.





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Essais : Philippe de Buyster (1595-1688) - Catalogue raisonné par ordre chronologique (5ème partie)

Article suivant dans Essais : Philippe de Buyster (1595-1688) - Catalogue raisonné par ordre chronologique (3ème partie)