Petites notes sur Manet (2) / Manet au Japon Contenu abonnés


Tokyo, Musée Mitsubishi Ichigokan du 6 avril 2010 au 25 juillet 2010

Manet, Tokyo, rien que de très naturel, dira-t-on. Le musée Mitsubishi Ichigokan n’en est pas moins la première institution japonaise à consacrer une exposition de cette importance au peintre1. Voilà déjà une bonne raison de s’y arrêter, on verra qu’il en est d’autres. Son propos repose sur une corrélation déjà perçue par Theodore Reff en 1982 : la carrière de Manet s’est développée sous le Second Empire et la IIIe République en pleine révolution urbaine. Omniprésente dans l’iconographie de sa peinture, garante de modernité et de mobilité, la capitale se charge dès 1859 de significations qui excèdent largement les seuls choix esthétiques. Réinventer la peinture d’histoire, à travers une perception plus affranchie des mœurs contemporaines et de l’actualité politique, obligeait Manet à resserrer ses liens avec la ville qui se métamorphosait sous ses yeux et lui offrait un terrain d’observation sans égal. De cette mue permanente, faut-il le rappeler, Baudelaire avait fait l’un des leviers les plus sûrs du moderne ; pour ne citer qu’un exemple bien connu, la seconde édition des Fleurs du mal, notamment les poèmes ajoutés en 1861, suggère à maintes reprises ce que la destruction du « vieux Paris » avait d’enivrant et de traumatisant pour la génération marquée par l’échec de 1848 et le coup d’État, et subjuguée par l’accélération du temps. De plus, le siège de 1870, la Commune et surtout sa répression délirante devaient plus tard fortement peser sur la vie et la peinture de Manet. Autant dire que sa géographie parisienne, si bien étudiée par Juliet Wilson-Bareau, doit se lire à la fois comme un journal intime et un livre d’histoire, écrits tous deux à chaud, de main de maître.

Dans le cadre de cette petite chronique, nous nous occuperons seulement des Manet de la présente exposition, non sans noter auparavant que les images de Paris (photographies, réalisations architecturales, etc.) qu’elle intègre insiste justement sur les innovations architecturales du moment : le…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Expositions : Trois expositions impressionnistes : Rouen, Caen, Honfleur

Article suivant dans Expositions : Trésors de la couronne d’Espagne. Un âge d’or de la tapisserie flamande