Jules Noël Contenu abonnés


Quimper, Musée des Beaux-Arts, jusqu’au 9 octobre 2005.
Dieppe, Château-Musée, du 15 octobre 2005 au 16 janvier 2006.

JPEG - 99 ko
1. Jules Noël (1810-1881)
Marine, vers 1870
Aquarelle sur carton
Quimper, Musée des Beaux-Arts
Photo : service de presse
Voir l'image dans sa page

Relativement familière aux habitués de l’Hôtel Drouot, l’œuvre de Jules Noël (1810-1881) n’avait jamais donné lieu à une exposition d’ensemble pas plus qu’à une publication monographique d’ampleur. L’exposition présentée au Musée des beaux-arts de Quimper jusqu’au mois d’octobre (puis à Dieppe d’octobre à janvier 2006) répare cette injustice en livrant au public une soixantaine de peintures et un grand nombre de dessins remarquables de cet artiste trop souvent réduit à l’image d’un peintre de marine ou d’un « folkloriste breton » qu’il n’était pas.


JPEG - 182.6 ko
2. Jules Noël
Port de Brest, 1864
Huile sur toile
Brest, Musée des Beaux-Arts
Photo : service de presse
Voir l'image dans sa page

Bien que né à Nancy, Jules Noël séjourna principalement en Bretagne et en Normandie. Il est donc assez facile de ramener sa production à une identité régionale ou de la limiter à des sujets maritimes qu’il appréciait certes mais où il trouvait bien plus qu’un motif aimable ou pittoresque. Les cinq salles de l’exposition permettent d’embrasser une œuvre assez diverse, mais dont l’originalité se révèle peu à peu. Tout d’abord fortement imprégné de la tradition classique, Jules Noël perfectionne sa technique au contact des professeurs de l’Ecole navale. De cette période, il conserve le souci du détail et de la description, mais ses dessins et ses aquarelles, d’une admirable pureté, dépassent de beaucoup cet exercice d’observation ; choix du point de vue, équilibre de la composition et virtuosité du trait confèrent à ces pages une noblesse incisive (on ne s’étonne guère que Félix Buhot ait été son élève) (ill. 1). Cette qualité se retrouve dans les toiles du début à caractère descriptif ou historique. C’est le cas des différentes vues de Brest. La Rade de Brest par temps calme (1844) avec ses bâtiments aux voiles repliées n’est pas sans faire…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Expositions : De l’Esprit des villes. Nancy et l’Europe urbaine au siècle des Lumières 1720-1770

Article suivant dans Expositions : Stubbs & the Horse