Contenu abonnés

Un grand tableau néoclassique pour Boston

4 4 commentaires

19/8/22 - Acquisition - Boston, Museum of Fine Arts - Les musées américains sont toujours aussi friands de grands tableaux néoclassiques : après le Coriolan de Girodet (voir la brève du 1/11/19) et la Psyché de Benoist (voir la brève du 24/3/22) respectivement achetés par Washington et San Francisco, La Magnanimité de Lycurgue, présenté au Salon de 1791 par Jean-Jacques François Le Barbier dit Le Barbier l’Aîné, a rejoint Boston. Cette belle composition (ill. 1) avait fait une réapparition remarquée chez Christie’s à New York à l’automne dernier, dépassant facilement son estimation haute pourtant conséquente pour se voir finalement adjugé 850 000 $ marteau, soit 1 050 000 $ avec les frais au Museum of Fine Arts de Boston [1].


1. Jean-Jacques François Le Barbier dit Le Barbier l’Aîné (1738-1826)
La Magnanimité de Lycurgue, 1791
Huile sur toile - 130,2 x 170,7 cm
Boston, Museum of Fine Arts
Photo : Christie’s
Voir l´image dans sa page

Inspiré des Vies des hommes illustres de Plutarque, l’épisode est tiré de l’histoire grecque : Lycurgue, le mythique législateur spartiate, était destiné à succéder à son frère sur le trône mais lorsqu’il réalisa que sa veuve était enceinte, il résista à la tentation de tuer l’enfant à venir et de conserver le pouvoir. Dès la naissance de son neveu, il le fit proclamer roi : c’est l’instant représenté au centre de la scène. La figure de Lycurgue inspira également Cochin et était certainement appréciée à la fin du XVIIIe siècle ; l’épisode du nouveau-né étant également traité par Augustin Pajou puis, plus tard, par Dejuinne ou Couder lorsque le sujet fut soumis au concours du Prix de Rome en 1811, que remporta alors Abel de Pujol.


2. Jean-Jacques François Le Barbier dit Le Barbier l’Aîné (1738-1826)
La Magnanimité de Lycurgue, 1791
Huile sur toile - 37,5 x 45,5 cm
Blois, Musée du Château
Photo : Musée du Château de Blois
Voir l´image dans sa page

Le Barbier prépara sa composition avec soin,…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.