Contenu abonnés

Un œil passionné. Douze ans d’acquisitions de Ger Luijten

Toutes les versions de cet article : English , français

Paris, Fondation Custodia, du 27 avril au 7 juillet 2024.

Rarement une personnalité dans le monde de l’art avait fait une telle unanimité. Disparu brutalement il y a un an et demi (voir la brève du 20/12/22), Ger Luijten était un conservateur comme nous les aimons : passionné, passionnant, et avide d’enrichir les collections dont il avait la garde. Il s’était exprimé à plusieurs reprise dans nos colonnes : la première fois en 2011 dans une interview écrite, peu de temps après sa nomination à la tête de la fondation Custodia, la deuxième fois dans une émission vidéo qui n’a eu que peu de numéros (mais nous songeons à reprendre un jour ce type de format), et enfin en 2014 dans un de nos podcasts.
Nous avions des difficultés à parler de toutes ses acquisitions. Nous en étions même bien loin. L’exposition qui lui rend aujourd’hui hommage ne peut elle-même montrer qu’une infime partie des enrichissements de cette institution réalisés sous sa supervision. Et pour cause : ce sont pas moins d’environ 10 000 œuvres qui sont entrées dans ses collections, en à peine plus de douze ans. Soit en moyenne un peu plus de deux œuvres par jour !

Si nous n’écrivons pas, sauf exception et faute de temps, sur les acquisitions d’estampes et d’autographes, pas davantage sur l’art contemporain qui sort de notre champ (il a aussi acquis dans ce domaine), même le nombre de dessins et de tableaux nous interdisait d’être exhaustif.
Plusieurs expositions avaient déjà donné lieu à la présentation d’œuvres entrées dans les collections, notamment Sur le motif. Peindre en plein air 1780-1870 (voir l’article) qui montrait comment un ensemble très riche de paysages du XIXe siècle avait pu être réuni pour compléter un noyau initial dû à un legs de Carlos van Hasselt et Andrzej Niewęgłowski, et un autre accrochage des acquisitions d’art graphique (voir l’article) en 2018. Cet hommage à Ger Luijten ne peut donc évidemment être exhaustif, mais il s’attache à montrer tous les domaines dans lequel la Fondation Custodia a acquis ces dernières années. On nous a promis que le catalogue connaîtrait bientôt une édition papier ; en attendant, sa publication sur internet permet de renvoyer pour chaque œuvre, via un lien, vers la notice qui lui est consacrée


1. Henri Fantin-Latour (1836-1904)
Un coin d’atelier, 1861
Huile sur toile – 24 × 41,5 cm
Paris, Fondation Custodia
Photo : Fondation Custodia
Voir l´image dans sa page

Bien sûr, les esquisses à l’huile, essentiellement de paysage, mais pas uniquement - une acquisition récente par Fantin-Latour que nous avions citée mais pas reproduite (ill. 1) le démontre [1] - sont mises à l’honneur. On peut y admirer celle de John Constable, l’une des plus importantes de cet ensemble que nous avions déjà vue dans l’exposition de 2020 et dont nous avions déjà parlé, mais aussi des œuvres qui sont montrées ici pour la première fois.
Citons et reproduisons, par exemple (elles figureront toutes à terme dans notre base des acquisitions) :


2. Simon Denis (1755-1813)
Les…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement. Si vous souhaitez tester l’abonnement, vous pouvez vous abonner pour un mois (à 8 €) et si cela ne vous convient pas, nous demander par un simple mail de vous désabonner (au moins dix jours avant le prélèvement suivant).

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.