Travaux imaginaires et taux d’ouverture erroné, les « fausses nouvelles » du Louvre

2 2 commentaires
1. Plan annuel d’ouverture et de fermeture des
salles « informant » le public sur les raisons
de fermeture des salles (des travaux
imaginaires) et sur un taux d’ouverture erroné
Voir l´image dans sa page

Depuis que nous avons publié notre longue enquête sur le bilan de Jean-Luc Martinez, nous avons reçu un très grand nombre de réactions, toutes allant dans notre sens, à l’exception d’un(e) ancien(ne) conservateur(trice) du Louvre qui nous a trouvé « trop dur [1] ». Lorsque nous l’avons interrogé(e) sur ce qu’il (elle) trouvait exagéré, il (elle) nous a parlé de notre critique de la politique d’acquisition, particulièrement de celle du département des peintures. Mais sur tout le reste, il (elle) n’avait rien à redire…

Bref, non seulement notre constat semble largement partagé, mais nombreux ont été nos lecteurs à nous envoyer d’autres exemples pour illustrer l’échec de la politique actuelle du musée. Parmi ceux-ci, nous avons été particulièrement intéressé par des témoignages, souvent de guides-conférenciers, qui se plaignaient du plan de fermeture des salles annoncé début janvier, connu de manière interne sous l’acronyme POG ce qui signifie « Plan d’Ouvertures Garanties ». Jamais, depuis bien longtemps, le Louve n’a connu autant de fermetures de salles. Mais le scandale n’est pas que celui-ci. Il est dans la présentation, parfaitement mensongère, de ces « ouvertures garanties » qui s’apparentent davantage à des fermeture assurées.

2. Une dse salles de peinture françaises au second étage de la
cour carrée refaites récemment et fermées le lundi,
pour des travaux de rénovation... imaginaires
Photo : Didier Rykner
Voir l´image dans sa page

En effet, dès que des salles sont closes au public, le Louvre affiche à leur entrée une feuille intitulée « Plan annuel d’ouverture et de fermeture des salles », censée informer le public des raisons pour lesquelles il ne pourra pas visiter cette partie du musée (ill. 1). Nous citons in extenso le début du texte : « Afin de vous offrir l’accueil le plus confortable et une meilleure expérience de visite, le musée du Louvre mène depuis trois ans d’importants travaux de rénovation de ses espaces muséographiques. Pour l’année 2018, nous vous proposons le calendrier annuel d’accès aux collections permanentes : toute l’année, le musée du Louvre vous garantit ainsi l’ouverture à 90% des salles dont 100% le samedi et le dimanche ».

Ainsi, la raison de ces fermetures serait l’existence d’importants travaux de rénovation des salles. Mais de quels chantiers au juste parle-t-on ? Car s’il est certain que des travaux ont eu lieu, notamment dans l’aile Sully au premier étage pour la rénovation du département des Objets d’Art, ou au deuxième étage de cette même aile et de l’aile Denon, c’est-à-dire les peintures nordiques et françaises, ils sont désormais terminés (ill. 2). Il n’y a pas davantage de travaux au département des sculptures (ill. 3), ni dans celui des Antiquités Égyptiennes, ni d’ailleurs, à notre connaissance, dans aucune des salles qui ferment régulièrement [2]. Nous avons rencontré jeudi dans les salles de nombreux gardiens à qui nous avons posé la question suivante : « pourquoi cette section est-elle fermée le [jour de fermeture du POG]  ? On nous dit que c’est pour des travaux de rénovation. Mais je ne vois pas de travaux de rénovation. »

3. Cour Marly, en partie fermée le jeudi
avec de nombreuses salles du département
des sculptures pour des travaux imaginaires
Photo : Didier Rykner
Voir l´image dans sa page

Les réponses sont savoureuses, entre ceux qui restent prudents « je préfère ne rien vous dire » ou « on ne sait pas quoi répondre », et les autres, beaucoup plus francs, qui avec un sourire complice nous confirment qu’il n’y a aucun travaux de rénovation, et que ces fermetures sont uniquement dues à un manque de personnel. Petit florilège : « Tout ça c’est bidon, c’est parce qu’il n’y a pas de personnel, c’est ça la réalité » ; « Vous avez trouvé le pot-aux-roses ! »… Un agent s’est même étonné lorsque nous lui avons appris que la direction prétextait des rénovations : « ah bon, ils disent que c’est pour rénovation ? Non, c’est parce qu’on n’est pas assez d’agents ».
Bref, le Louvre ferme les salles, et raconte n’importe quoi au public sur les raisons de cette fermeture.

Mais les gros bobards (comment les appeler autrement) ne s’arrêtent pas là. Il est en effet tout aussi faux de prétendre garantir « à 90%  » l’ouverture des salles les lundi, mercredi, jeudi et vendredi. Il suffit en effet de regarder le POG et de le comparer avec un plan détaillé des salles du musée (nous avons choisi celui que l’on trouve sur la base « cartel »).
Nous donnons en note les résultats détaillés de notre calcul. Si les cours Puget et Marly ne comptent que pour une salle sur les plans, nous avons choisi par honnêteté, de les compter chacune pour l’équivalent de deux salles [3]. Quant à la grande galerie, qui ne forme sur le plan que trois salles (trois numéros), nous l’avons compté pour l’équivalent de dix salles. Et même en étant ainsi plus favorable au Louvre (qui n’était pas obligé de compter en pourcentage de salles), nous obtenons pour ces quatre jours les taux suivants d’ouverture :
- lundi : 68,5% des salles ouvertes [4] ;
- mercredi : 77,2% des salles ouvertes [5] ;
- jeudi : 82% des salles ouvertes [6] ;
- vendredi : 88% des salles ouvertes [7].
On est donc loin, et parfois très loin des 90% de salles garanties ouvertes, n’atteignant jamais ce chiffre de 90% et allant même jusqu’à près d’un tiers des salles fermées le lundi.

Des travaux imaginaires, un musée de plus en plus fermé (et bien davantage qu’annoncé), est-ce là le Louvre « plus accueillant » et le public « mieux informé » que souhaitait Jean-Luc Martinez (voir cette interview dans Le Monde) ? On aimerait déjà un Louvre plus franc.

Didier Rykner

Notes

[1Nous ne nous sommes pas converti à l’écriture inclusive : le flou laissé sur la personne nous ayant dit cela est volontairement entretenu afin d’éviter qu’elle puisse être reconnue, puisque sur le fond elle est d’accord avec l’essentiel de notre constat.

[2Nous avons interrogé le Louvre sur l’existence de ces travaux mais celui-ci, occupé par la crue, nous a dit ne pouvoir traiter notre demande pour l’instant, sans s’engager sur une date de réponse.

[3Erratum du 26/1 à 21 h 50 : nous avions écrit que nous divisions les cours en trois salles, avant de réaliser que les trois niveaux sont en réalité équivalents à deux. Nous n’avons donc pris en compte que deux salles pour chaque cour, et c’est d’ailleurs à partir de cela que nous avons fait le calcul, mais nous avions mis en ligne sans avoir corrigé cette erreur.

[4Le nombre total de salles telles qu’elles apparaissent sur le plan de la base Cartel est de 415, nombre auquel nous ajoutons quatre salles pour les cours Marly et Puget, et sept salles pour aboutir à dix salles pour la grande galerie comptée seulement pour trois (n’étant jamais fermée, cela désavantagerait le Louvre si on sous-estimait son poids. Le lundi, 134 salles sont fermées sur 426.

[597 salles fermées sur 426.

[677 salles fermées sur 426.

[752 salles fermées sur 426.

Mots-clés

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.