Contenu abonnés

Restitution et donation de deux natures mortes au Louvre

1 1 commentaire Toutes les versions de cet article : English , français

5/6/24 - Restitutions et acquisitions - Paris, Musée du Louvre - Bien souvent une œuvre restituée aux (nombreux) ayants-droit d’une famille spoliée pendant la guerre, se retrouve sur le marché de l’art : puisqu’il est impossible d’en donner un morceau à chacun, mieux vaut la vendre.
Ce n’est pas le cas cette fois-ci : deux natures mortes du XVIIe siècle faisaient partie des biens MNR (Musées nationaux Récupération [1]), conservées au département des peintures nordiques du Louvre depuis 1951. Elles ont finalement été restituées à ses quarante-huit propriétaires légitimes, héritiers de Mathilde Javal, qui ont décidé de les donner au musée. Cette donation à entraîné, à partir d’aujourd’hui, 5 juin, une exposition sur l’histoire de cette famille qui s’inscrit dans l’histoire nationale, rappelant qu’Adolphe Javal, sa sœur Alice, son épouse Mathilde née Helbronner ainsi que leurs deux filles Sabine et Isabelle, ont été déportés et sont morts à Auschwitz. C’est l’occasion de souligner l’évolution de la politique de restitution en France : les musées ne se contentent plus de conserver des œuvres MNR en attendant que les ayants-droit les réclament ; depuis 2013 ils partent à la recherche des propriétaires légitimes, déterminent si ceux-ci ont été spoliés et entreprennent alors de leur restituer leurs biens. La restitution est évidemment plus compliquée voire contestable lorsque les œuvres se trouvent dans des musées sans être classées MNR (voir l’article).


1. Floris van Schooten (vers 1588-1656)
Nature morte au jambon, années 1630 ?
Huile sur panneau - 63 x 83,7 cm
Paris, Musée du Louvre
Photo : Musée du Louvre
Voir l´image dans sa page

Ces recherches, véritables enquêtes, s’appuient sur la collaboration indispensable entre le ministère de la Culture [2], la Commission pour l’indemnisation des victimes de spoliations (CIVS), les musées nationaux et les centres d’archives. Un partenariat a par ailleurs été passé en 2015 avec l’organisation des…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement. Si vous souhaitez tester l’abonnement, vous pouvez vous abonner pour un mois (à 8 €) et si cela ne vous convient pas, nous demander par un simple mail de vous désabonner (au moins dix jours avant le prélèvement suivant).

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.