Contenu abonnés

Primitifs flamands. Trésors de Marguerite d’Autriche de Jan van Eyck à Jérôme Bosch

Didier Rykner

Bourg-en-Bresse, Monastère royal de Brou, du 8 mai au 26 août 2018.

1. Maître de la légende de sainte Ursule
(actif de 1436 à 1505)
Vierge à l’enfant couronnée par deux anges, vers 1470-1475
Aix-la-Chapelle, Suermondt-Ludwig-Museum
Photo : Didier Rykner
Voir l´image dans sa page

L’exposition de Bourg-en-Bresse a une double ambition : être une rétrospective de la peinture flamande du XVe siècle jusqu’au début du XVIe siècle, et présenter la collection et le mécénat de Marguerite d’Autriche, fondatrice de l’abbaye de Brou. La première est en partie réussie, la seconde en partie ratée. Mais cela ne veut pas dire que l’exposition n’est qu’en partie intéressante, simplement qu’elle réclamait davantage de moyens que le musée pouvait réunir. Il reste que l’on y voit de beaux tableaux qui permettent d’appréhender correctement l’art flamand de cette époque, et que son catalogue réussit ce que l’exposition échoue à montrer de manière satisfaisante : la politique artistique de la régente des Pays-Bas.


2. Heinrick Creeft (actif de 1539 à 1549)
Couronnement de la Vierge, avec sainte Catherine et sainte Barbe, vers 1540
Huile sur bois (volets), transposée sur toile (partie centrale) - 110 x 130 cm
Nîmes, Musée des Beaux-Arts
Photo : Didier Rykner
Voir l´image dans sa page

Expliquons-nous. À l’exception d’un tableau (et encore tout cela reste hypothétique) aucune des œuvres exposées ici n’a fait partie de la collection de Marguerite de Bourgogne. Celle-ci, bien étudiée dans les essais du catalogue (qui forment plus de la moitié de celui-ci) était constituée d’œuvres flamandes des XVe et XVIe siècles, pour une grande part des tableaux, sculptures et objets religieux, ainsi que de nombreux portraits peints. Parmi ces derniers, on comptait les Époux Arnolfini de Van Eyck - dont on comprend qu’il n’ait pu être obtenu en prêt.
À défaut de pouvoir montrer ces œuvres, l’exposition s’attache à trouver des équivalents à celles dont on sait qu’elles se trouvaient dans la collection de la régente. Une Vierge à la fontaine d’après van Eyck…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.