Contenu abonnés

Les expositions ambiguës des musées de la Ville de Paris

Nous avions dénoncé en son temps l’exposition Bréguet au Louvre, opération commerciale davantage que culturelle, tout à la gloire de l’entreprise et sans grande légitimité artistique (voir l’article). Au moins la raison (officieuse) de cette entorse à la déontologie était-elle d’obtenir du mécénat de la part de la société Swatch, propriétaire de la marque.

Au printemps dernier et jusqu’à la fin de l’été, la rétrospective Yves Saint-Laurent avait occupé une grande partie du Petit Palais pendant six mois, une durée tout à fait inhabituelle pour une exposition. Si sa légitimité n’était pas contestable car Yves Saint-Laurent est un véritable artiste, on ne comprenait pas bien pourquoi cette manifestation avait été accueillie par le Musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris, alors qu’il…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.