Contenu abonnés

Le Musée des Beaux-Arts de Gand a réouvert ses portes en mai dernier

1. Charles van Rysselberghe (1850-1920)
Musée des Beaux-Arts de Gand
Photo : D. Rykner
Voir l´image dans sa page

Fin mai 2007, le Musée des Beaux-Arts de Gand a réouvert ses portes, après quatre ans de fermeture dus à des travaux de mise aux normes. Peu de choses ont réellement changé dans l’accueil du public mais des points aussi essentiels que le système électrique, l’éclairage des œuvres, les dispositifs de sécurité ont été entièrement revus. De même, la cafétaria, la librairie, l’auditorium ou la bibliothèque ont bénéficié de ces travaux. Un réaménagement de musée, contrairement à une exposition, est destiné à durer de nombreuses années. Il n’est donc pas trop tard pour parler de cette réhabilitation et des parti-pris de l’accrochage.


2. Musée des Beaux-Arts de Gand
Salle des paysages du XIXe siècle
Photo : D. Rykner
Voir l´image dans sa page

Le musée est situé dans un beau bâtiment classé Monument Historique (ill. 1), construit en 1902 par Charles van Rysselberghe, le frère du peintre, et agrandi en 1913. Les trois principaux musées flamands, Bruges, Anvers et Gand ont décidé de jouer la carte de la complémentarité en se spécialisant dans des domaines différents, afin d’éviter de se faire bêtement concurrence. Ainsi, Bruges se réserve plutôt les primitifs flamands, Anvers l’art baroque et le XIXe siècle est le champ privilégié de Gand. Cela n’empêche pourtant pas le musée de posséder une belle collection d’art ancien (notamment de nombreux tableaux flamands du XVIIe siècle) et à continuer d’acquérir en dehors de sa période de prédilection pour tout ce qui touche à l’histoire locale. Les trois musées travaillent également en commun pour leur programme d’expositions.

L’accrochage est intelligent, rapprochant les œuvres de manière pertinente. Nous ne lui ferions qu’un seul reproche sur un point d’ailleurs parfaitement assumé par les responsables : cette présentation est insuffisamment dense (ill. 2), prenant le parti de montrer moins d’objets,…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.