La Fédération Française de Tennis demande les permis de construire sur les Serres d’Auteuil

Didier Rykner 2 2 commentaires
Voir l´image dans sa page

16/8/13 - Patrimoine - Paris, Serres d’Auteuil - La nouvelle est publiée au Bulletin Municipal Officiel de la Ville de Paris paru le 13 août : en plein été alors que toute la France ou presque est en congés, la Fédération Française de Tennis [1] a déposé la demande de permis, notamment pour la « démolition de serres techniques » et « la création d’un court entouré de serres botaniques » sur le site protégé du jardin des serres d’Auteuil, juste à côté des serres historiques de Formigé.
On appréciera l’appellation « serres techniques » quand une grande partie de ces bâtiments abrite toute une collection de plantes rares et d’orchidées (ill.) et est ouverte au public gratuitement (rappelons qu’Anne Hidalgo prétend qu’elles sont fermées !). Inutile de dire que tout cela est réalisé sous l’œil complaisant du ministère de la Culture qui n’a jamais bougé, que ce soit sous Sarkozy ou aujourd’hui.

Rappelons qu’une telle demande (purement formelle puisque c’est la ville de Paris qui attribue les permis) est déposée alors que la convention passée par la ville avec la Fédération Française de Tennis a été annulée et qu’une seconde convention (peu différente de la première) est également attaquée par les associations.
La démolition de ces serres signifierait une première étape dans la dénaturation définitive de ce site même si - comme il faut l’espérer - Roland-Garros ne réussit jamais à s’y étendre. Cette tentative discrète de coup de force, en plein été, est un nouveau scandale dans cette affaire dont il n’y a évidemment pas lieu de s’étonner. Les associations vont, une nouvelle fois, devoir aller devant la justice : elles ont déclaré qu’elles ne lâcheraient rien dans ce dossier. Rappelons que la pétition s’opposant à ce projet a déjà rassemblé près de 52000 signatures, et qu’elle est toujours en cours.

Didier Rykner

Notes

[1Erratum : 2 septembre 2013. Nous avions écrit que c’était la Mairie de Paris. En réalité, il s’agit bien sûr de la Fédération Française de Tennis, même si en l’occurrence la différence entre les deux est de plus en plus difficile à faire sur ce sujet... Nous avons également modifié notre titre, qui était donc légèrement inexact.

Mots-clés

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.