Contenu abonnés

Gauguin l’alchimiste

2 2 commentaires

Paris, Galeries Nationales du Grand Palais, du 11 octobre 2017 au 22 janvier 2018.
(Chicago, The Art Institute of Chicago, du 25 juin au 10 septembre 2017.)

1. Paul Gauguin (1848-1903)
Te Rerioa (Le rêve), 1897
Huile sur toile - 95,1 x 130,2 cm
Londres, The Courtauld Gallery
Photo : The Samuel Courtauld Trust, The Courtauld Gallery
Voir l´image dans sa page

« Gauguin l’alchimiste » n’est pas une rétrospective telle que l’exposition référence de 1989 au Grand Palais, ou celles plus récentes de la Tate Modern ou de la Fondation Beyeler en 2010 et en 2015. Il ne faut pas s’attendre à un parcours chronologique exhaustif et clairement segmenté, au risque d’être déçu voire un peu perdu. Les commissaires, Claire Bernardi et Ophélie Ferlier-Bouat, conservateurs au musée d’Orsay, comme avant elles Gloria Groom à l’Art Institute de Chicago où l’exposition fut présentée l’été dernier, ont privilégié une approche technique décloisonnant les disciplines. Si le constat d’un art total chez Gauguin où peinture, dessin, sculpture, gravure et céramique forment un ensemble indivisible, est loin d’être nouveau, puisque les contemporains de l’artiste l’observaient déjà, sa mise en exposition est, elle, inédite. En une progression globalement chronologique, six sections thématiques se succèdent et soulignent la grande perméabilité entre les divers medium expérimentés par l’artiste. C’est toute la force et la faiblesse de l’exposition, juxtaposer remarquablement des œuvres aux motifs récurrents et aux techniques complémentaires, éloignées parfois de plusieurs décennies, quitte à minimiser certaines périodes moins à propos mais pourtant déterminantes.


2. Paul Gauguin (1848-1903)
Nave Nave Mahana (Jour délicieux), 1896
Huile sur toile - 95 x 130 cm
Lyon, musée des beaux-arts
Photo : MBA/Alain Basset
Voir l´image dans sa page
3. Paul Gauguin (1848-1903)
Baigneuses à Tahiti, 1897
Huile sur toile - 73 x 92 cm
Birmingham, The Barber Institute of Fine Arts
Photo : The Barber Institute of Fine Arts, University of Birmingham
Voir l´image dans sa page

Des débuts parisiens proches du milieu impressionniste aux dernières…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.