Contenu abonnés

Frissons garantis dans les catacombes avec Airbnb et la Mairie de Paris

4 4 commentaires

Dans notre série qui pourrait s’appeler « un scandale par jour (ou presque) », on apprend aujourd’hui que la mairie de Paris va louer les catacombes. Et son partenaire n’est autre – on aura vraiment tout vu – qu’Airbnb, la société internet de location d’appartements contre laquelle Hidalgo n’avait, naguère, pas de mots assez durs. Depuis que cette compagnie a décidé de payer la taxe de séjour, elle semble être devenue un partenaire pour la Mairie de Paris, qui lui offre donc d’utiliser la nécropole parisienne comme chambre à coucher pour la nuit d’Halloween…


1. Photo publiée sur le site Airbnb (détail)
Voir l´image dans sa page
2. Photo publiée sur le site d’Airbnb (détail)
Voir l´image dans sa page

La société donne rendez-vous « dans la plus grande tombe de Paris » avec un jeu concours où les candidats devront expliquer « pourquoi [ils] pense[nt] avoir le courage de dormir dans les catacombes de Paris ».
Contre – selon nos informations - 350 000 €, la Ville de Paris transforme un cimetière en chambre à coucher, d’ailleurs décorée avec le meilleur goût, comme le montrent certaines photographies. Mais cela pose évidemment de nombreuses questions, qui ne sont pas que patrimoniales.


Contrairement à ce que l’on pourrait penser, les catacombes ne sont ni inscrites, ni classées monument historique (ce qui prouve, une nouvelle fois, que le patrimoine français est souvent insuffisamment protégé). La Ville n’a donc ici aucune autorisation à demander au ministère de la Culture. Il reste que cet ossuaire est aussi considéré comme un musée, qui dépend du même conservateur que le Musée Carnavalet. Valérie Guillaume, sa directrice, a envoyé le 5 octobre à son personnel un courrier pour expliquer que l’opération « nuit aux Catacombes » permettra de « financer en partie les travaux d’aménagement d’une nouvelle sortie des Catacombes afin d’améliorer le confort de visite du public et les conditions de travail du personnel ». Nous ne jugerons pas du caractère…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.