Contenu abonnés

Fragonard : la « Guimard » est Madame de Grave, et « Diderot » est Meu(s)nier

Didier Rykner 2 2 commentaires

30/11/12 - Découverte et publication - Jean-Honoré Fragonard - Le portrait de Fragonard connu depuis toujours ou presque comme le Portrait de Diderot (ill. 5) n’est donc pas celui du philosophe : le dessin récemment passé en vente et publié pour la première fois le 17 juillet dernier sur La Tribune de l’Art par Marie-Anne Dupuy-Vachey le prouve.


1. Couverture de l’ouvrage
Une facétie de Fragonard
Voir l´image dans sa page
2. Jean-Honoré Fragonard (1732-1806)
Portrait de Marie-Anne-Éléonore de Grave
Huile sur toile - 81,5 x 65 cm
Paris, Musée du Louvre
Photo : RMNGP/R.-G. Ojéda
Voir l´image dans sa page

Mais cette dernière, qui avait su reconnaître immédiatement l’importance probable de la feuille, n’avait pas été la seule. Hubert Duchemin, expert et marchand parisien, et sa collaboratrice Lilas Sharifzadeh, ont également pressenti son réel pedigree. C’est Hubert Duchemin qui l’emporta aux enchères, pour un prix élevé compte tenu de l’incertitude qui pesait sur elle. Il la confia immédiatement après son achat pour étude à l’historienne de l’art Carole Blumenfeld. Un petit livre (ill. 1) sortira le 13 décembre aux éditions Gourcuff-Gradenigo. Et les recherches ont été fécondes.

Les découvertes révélées grâce à ce dessin sont en effet majeures pour l’étude de Fragonard qui est définitivement reconnu comme l’auteur de ce dessin par les spécialistes de l’artiste, ce que prouve d’ailleurs sans conteste l’extraordinaire virtuosité du trait. Une fois cela établi, les légendes de chaque croquis (de la main de Fragonard lui même), sont incontestables.
Grâce aux recherches de Carole Blumenfeld, environ les trois-quarts des modèles de ce qu’il ne faut sans doute plus aujourd’hui appeler Figures de fantaisie sont désormais identifiés. Seuls ceux connus comme étant l’abbé de Saint-Non et son frère Monsieur de La Bretèche représentent effectivement ces personnalités.
En revanche, et pour ne prendre qu’un des exemples les plus fameux (nous laisserons au lecteur le…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.