Expositions

À la une

  • Charles Filiger (1863-1928)

    C’est un artiste maudit qui prit soin de peindre le Jugement dernier sans distinguer clairement les Élus des Damnés ; du moins ceux-ci n’ont-ils pas l’air d’être chagrinés outre mesure. Quant au Juge,…

Derniers articles publiés

Dans cette rubrique

  • Félix de Vuillefroy exposé pendant une semaine à Paris

    L’artiste n’est pas inoubliable mais il eut du succès en son temps, fut l’ami de nombreuses personnalités et participa à la vie artistique de son temps. Il est donc utile de le faire revivre et de le…

    Contenu abonnés
  • L’Œil de Baudelaire

    « Vous n’êtes que le premier dans la décrépitude de votre art. » écrivait Baudelaire à son ami Manet que ce demi-compliment n’a pas dû emballer outre mesure. La phrase est évidemment ambiguë, mais elle est…

    Contenu abonnés
  • Otto Dix - Le retable d’Issenheim

    À vomir ». La Tranchée d’Otto Dix eut un émétique effet sur les spectateurs. Ce grand tableau qui témoignait des horreurs de la guerre fut exposé à Cologne en 1923, à Berlin en 1924 : le scandale fut…

    Contenu abonnés
  • Hercules Segers

    « Et qui n’est chaque fois ni tout à fait la même, ni tout à fait une autre »... Les œuvres de Segers se succèdent, similaires et différentes. Le Rijksmuseum, en collaboration avec le Metropolitan de New…

    Contenu abonnés
  • Le Grand Condé. Le rival du Roi-Soleil ?

    Le tableau représentait Le Jugement de Salomon, ce qui explique qu’il était conservé dans une église de Bourgogne. Mais il s’agissait de repeints du XVIIIe siècle, et sa récente restauration a révélé…

    Contenu abonnés
  • Spectaculaire Second Empire

    Si l’on voulait réhabiliter le Second Empire, on ne s’y prendrait pas autrement que l’on fait les trois commissaires de l’exposition du musée d’Orsay. L’exercice ne va pas de soi à propos d’un règne…

    Contenu abonnés
  • Fantin Latour. À fleur de peau

    « On peint les gens comme des pots de fleurs » affirmait Fantin-Latour. Ses modèles auraient tort de s’en plaindre. Il leur suffit de contempler les bouquets du peintre, si poétiques, et délicats…

    Contenu abonnés
  • Frans Post. Faune du Brésil

    Il y a la guenon moustachue, le pécari à lèvres blanches, le coendou à queue prenante... « À queue prenante » ? Pour s’accrocher aux branches. Il y a aussi le paresseux et l’opossum, jaguar, lama et…

    Contenu abonnés
  • Arnold Schönberg. Peindre l’âme

    En 1995, le Musée d’Art moderne de la Ville de Paris organisait une exposition consacrée à Arnold Schönberg ; une réunion significative d’œuvres et un catalogue réduit en taille mais de grande qualité y…

    Contenu abonnés
  • Bouchardon (1698-1762). Une idée du beau

    Son succès à Rome inquiéta Paris. « Ce n’est pas pour enrichir les pays étrangers que le roi fait tant de dépense à son académie à Rome ». Aussi le duc d’Antin, directeur des Bâtiments du roi, fit-il…

    Contenu abonnés
  • La paix des Pyrénées. Politique et famille

    L’exposition que Bayonne consacre à la paix dite des Pyrénées, qui vit sur l’île des Faisans se rencontrer les cours espagnoles et françaises, est le fruit de la collaboration de musées de ces deux…

    Contenu abonnés
  • Albert Besnard (1849-1934). Modernités Belle Epoque

    Il fut compris en son temps, ce qui explique peut-être qu’il le soit moins aujourd’hui. La postérité, souvent, préfère les artistes maudits à ceux qui menèrent une brillante carrière officielle et pour…

    Contenu abonnés
  • Charles Gleyre (1806-1874). Le romantique repenti

    Né en 1806, Charles Gleyre relève incontestablement du Musée du Louvre. Mais une rétrospective consacrée à un peintre « académique » du XIXe siècle n’a aucune chance d’être présentée au Louvre hélas, et on…

    Contenu abonnés
  • Frédéric Bazille, la jeunesse de l’impressionnisme

    L’exemplaire rétrospective de Montpellier ne saurait faire mentir Gabriel Sarraute qui écrivait en 1950 à l’occasion de l’exposition Frédéric Bazille organisée par la galerie Wildenstein à Paris : « La…

    Contenu abonnés
  • Jean Lurçat. Au seul bruit du soleil

    Les pieds en l’air, la tête en bas, un squelette respire les effluves d’alcool qui le transforment en feuillage. Il reprend vie en s’enivrant de la lumière d’un soleil dont les rayons se terminent…

    Contenu abonnés