Deux préemptions pour Sèvres à la vente Malatier

Didier Rykner

10/10/18 - Acquisitions - Sèvres, Musée national de la céramique - Si l’on peut vraiment regretter que le seau dont nous parlions dans notre premier article consacré à la vente Malatier échappe finalement à un musée français, on peut signaler néanmoins deux préemptions pour le musée national de la céramique de Sèvres.


1. Manufacture royale de Sèvres, 1766
Pierre-Louis-Philippe Armand, dit Armand Jeune (connu à partir de 1746-1788)
Broc Roussel et sa jatte ovale à décor polychrome de feuilles de chou bleu céleste
Porcelaine tendre
Préempté par le Musée national de la céramique à Sèvres
Photo : SGL Enchères-Ader Nordmann
Voir l´image dans sa page

La première, pour 70 000 € hors frais, est un broc Roussel et sa jatte ovale, en porcelaine tendre et à décor polychrome de feuilles de chou à fond bleu céleste. Datant de 1766, il fut décoré par Pierre-Louis-Philippe Armand, dit Armand Jeune, qui fit partie d’une dynastie de peintres employés par la manufacture.
On ne connaît qu’une dizaine de porcelaines de Sèvres à décor à feuilles de chou, dont aucune ne semblait conservée dans un musée français. Le nom de « broc Roussel » vient de Jacques-Jérémie Roussel de la Celle pour lequel fut créé par la manufacture de Vincennes une aiguière de toilette accompagnée de son bassin ayant la forme reprise ici par la manufacture de Sèvres.


2. 1. Manufacture royale de Sèvres, 1840
Louis Garneray (1783-1857)
Assiette du service des pêches, La Pêche à la tortue aux Seychelles
Porcelaine dure - D. 24,5 cm
Préempté par le Musée national de la céramique à Sèvres
Photo : SGL Enchères-Ader Nordmann
Voir l´image dans sa page

La seconde préemption pour Sèvres (4 200 € hors frais) est une assiette du service des Pêches, un ensemble peint par Louis Garneray (artiste dont nous avons eu l’occasion de parler à deux reprises récemment ici et ). Elle représente la pêche de la tortue dans l’archipel des Seychelles, une scène d’ailleurs particulièrement cruelle. On peut en effet lire au dos l’explication de la scène : « On vient pendant la nuit mettre sur le dos les tortues qui sont venues sur la plage pour y pondre ».
Ce service fut en partie présenté au Salon au Louvre en 1849 et en 1842, avant d’être dispersé. La manufacture de Sèvres en conservait déjà trois, tandis que le Louvre en possède deux . Il est dommage qu’une autre assiette du même service, qui passait dans la même vente (numéro précédent), n’ait pas été également acquise.

Publicité Annonce Fécamp octobre 2018

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.