Contenu abonnés

Des expositions dans des galeries parisiennes

Le beau temps, la pandémie qui reflue et les musées qui rouvrent : juin pourrait bien être le plus beau mois depuis longtemps. Et à cela s’ajoutent des expositions de grande qualité dans les galeries parisiennes, en attendant à la fin du mois l’inauguration du Salon du Dessin, et plusieurs ventes aux enchères importantes. Voilà qui devrait redonner le moral à beaucoup.


1. Hubert Robert (1733-1808)
Autoportrait en prison, vers 1793-1794
Plume et encre brune, lavis brun, rehauts d’aquarelle et pierre noire - 17,6 x 23,8 cm
Galerie Coatalem
Photo : Galerie Coatalem
Voir l´image dans sa page

Commençons notre parcours dans les galeries du côté du VIIIe arrondissement, chez Éric Coatalem, qui présente une véritable petite rétrospective consacrée à Hubert Robert, composée d’œuvres à vendre appartenant à sa galerie, mais aussi de nombreux prêts de collections privées.
L’ensemble est impressionnant : plus de 50 peintures et dessins du maître, dont beaucoup d’inédits, auxquelles s’ajoutent quelques œuvres de ses amis, notamment Fragonard. Parmi celles les plus remarquables on compte pas moins de huit réalisées pendant le séjour de l’artiste en prison (ill. 1), après qu’il a été dénoncé comme un citoyen suspect. C’est ainsi que, cherchant des supports sur lesquels travailler, il peignit toute une série d’assiettes dont trois exemplaires sont réunis ici, deux étant parfaitement inédites (ill. 2 et ill. 3).


2. Hubert Robert (1733-1808)
Promeneurs parmi des ruines, près d’une rivière, vers 1793-1794
Huile sur porcelaine - D. 22,5 cm
Galerie Coatalem
Photo : Galerie Coatalem
Voir l´image dans sa page
3. Hubert Robert (1733-1808)
Famille observant une statue au milieu de ruines, vers 1793-1794
Huile sur porcelaine - D. 22,5 cm
Galerie Coatalem
Photo : Galerie Coatalem
Voir l´image dans sa page

Signalons également que cette exposition qui dure jusqu’au 3 juillet est accompagnée d’un vrai catalogue, confié à la spécialiste de l’artiste Sarah Catala, insistant en s’appuyant sur les œuvres exposées sur quelques aspect de la vie et de l’art d’Hubert Robert, notamment les rapports entre ses paysages et ceux de Fragonard ou son séjour carcéral. Et un dessin exposé (ill. 4) montre un amusant revers (ill. 5) : l’artiste y a fait des essais d’aquarelle, à la manière d’une palette. S’il ne faut évidemment pas donner à cela une signification anachronique (non, il ne s’agit pas d’une œuvre abstraite), le résultat n’en est pas moins séduisant.


4. Hubert Robert (1733-1808)
Caprice architectural avec la statue de Marc Aurèle, vers 1780-1790 (recto)
Pierre noire - 21,8 x 26,2 cm
Galerie Coatalem
Photo : Galerie Coatalem
Voir l´image dans sa page
5. Hubert Robert (1733-1808)
Essais d’aquarelle, vers 1780-1790 (verso)
Pierre noire - 21,8 x 26,2 cm
Galerie Coatalem
Photo : Galerie Coatalem
Voir l´image dans sa page

Un peu plus loin dans la rue du Faubourg Saint-Honoré on…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.