Décès d’Irving Lavin

Julie Demarle
Irving Lavin
Photo : Intitute for Advanced Study/Cliff Moore
Voir l´image dans sa page

07/02/19 - Disparition - Irving Lavin, historien de l’art américain internationalement reconnu, est décédé le 3 février à l’âge de 91 ans. Il était professeur émérite de la School of Historical Studies de l’Institute for Advanced Study de Princeton où il enseigna de 1973 à 2001. Spécialiste de la Renaissance (Donatello, Michel Ange, Pisanello, Pontormo) et du baroque (Caravage et Le Bernin tout particulièrement) italiens, ses publications révèlent une gamme bien plus large de sujets, de l’architecture de l’antiquité tardive et du haut Moyen Age au XXe siècle (Pablo Picasso et Jackson Pollock).

Après des études de philosophie à l’Université de Washington à Saint-Louis puis à l’Université de Cambridge, il obtint sa maîtrise d’histoire de l’art à l’Université de New-York en 1951, sous la direction de Richard Krautheimer, suivie d’une seconde maîtrise à l’Université d’Harvard en 1952. Il la prolongea d’un doctorat sous la direction d’Ernst Kitzinger et consacra sa thèse aux « Bozzetti du Bernin ». De 1959 à 1962, il enseignea l’histoire de l’art au Vassar College, à Poughkeepsie dans l’État de New-York, avant de rejoindre l’Université de New-York en 1963 puis l’Institute for Advanced Study de Princeton en 1973. Irving Lavin prit également part à la création de trois institutions nord américaines dévolues à l’histoire de l’art, le J. Paul Getty Research Center de Los Angeles, le Center for Advanced Study in the Visual Arts (CASVA) situé dans la National Gallery de Washington et le Center for Canadian Architecture (CCA) à Montréal.

L’art italien qu’il ne cessa d’étudier occupa une place toute particulière dans sa carrière. Parmi ses ouvrages de référence sur le sujet citons Bernini and the Crossing of St. Peter’s (1968), Bernini and the Unity of the Visual Arts (1980), Santa Maria del Fiore : Il Duomo di Firenze e la Vergine Incinta (1999) et Caravaggio e La Tour : La Luce Occulta di Dio (2000). Un dernier article intitulé « The Silence of David by Gianlorenzo Bernini » paraîtra à titre posthume dans le numéro du printemps 2019 de la revue Artibus et Historiae. En 1966 [1], Irving Lavin débutea une longue série d’attributions de bustes en marbre au Bernin, dont la dernière fut publiée au printemps 2018 dans Artibus et Historiae [2]. Il reçut de nombreux honneurs de la part de la Ville de Rome qui le fit membre de la Corporation des sculpteurs et marbriers de Rome et de l’Accademia Nazionale dei Lincei et lui décerna la médaille du tricentenaire commémorant la mort de Gianlorenzo Bernini (1980) ainsi que le Prix Daria Borghese (1981). Il reçut également le Prix international « Galileo Galilei » de l’Université de Pise (2005), la médaille du Sescentennial, commémorant la naissance de Donatello, de l’Accademia delle Arti del Disegno de Florence (1986) et fut nommé membre d’honneur de l’Académie des beaux-arts de Bologne (1986).

Julie Demarle

Notes

[1Irving Lavin, « Five New Youthful Sculptures by Gianlorenzo Bernini and a Revised Chronology of His Early Work », The Art Bulletin, 1968, pp.223-248.

[2Irving Lavin, with Marilyn Aronberg Lavin, « Bernini’s Bust of Prospero Farinacci », Artibus et Historiae, 2018, n°77, pp. 255–290.

Mots-clés

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.