Cestayrols, 470 habitants : davantage de moyens pour son patrimoine que Paris

3/8/18 - Restauration - Cestayrols, église Notre-Dame-de-l’Annonciation - Nous n’avons découvert cette restauration que par hasard, en nous promenant dans le Tarn. Elle date de 2014-2015, mais elle mérite de faire l’objet d’une brève à au moins deux titres.


1.
Voir l´image dans sa page

Le premier est que l’édifice est une petite église romane splendide (ill. 1). Il s’agit de l’église Notre-Dame-de-l’Annonciation de Roumanou, qui se trouve sur la commune de Cestayrols, mais en dehors du village. Malgré la beauté de son architecture, elle n’est classée monument historique que depuis 1988. On lit sur la base Mérimée du ministère de la Culture qu’il s’agit « d’un des spécimens les plus typiques de l’art roman dans l’Albigeois » et que sa construction date des XIe et XIIe siècle. L’intérieur, fort sobre et sans décor, n’est pas moins beau (ill. 2).


2.
Voir l´image dans sa page

Voir l´image dans sa page

Le second est le financement de la restauration. Celle-ci a coûté en tout 137 000 €, prise en charge par la DRAC pour 50 000 €, par la région pour 21 200 €, par le département pour 10 624 €, par la réserve parlementaire [1] pour 5 000 € et par du mécénat pour 20 000 € (ill. 3). La petite ville de Cestayrols, qui a par ailleurs la charge d’une autre église inscrite monument historique dans le village a donc versé 30 176 € pour cette restauration.

Cette somme paraît peu, mais elle est énorme. Un coup d’œil à Wikipedia révèle que Cestayrols a en tout 470 habitants. Pour la restauration d’une des deux églises, qui n’est d’ailleurs pratiquement pas utilisée pour le culte, 470 habitants ont donc pu verser 30 176 €.
Cela prouve qu’une commune, même de petite taille, peut restaurer son église pour peu qu’elle s’en donne la peine. Cela montre aussi que si l’on appliquait le même ratio pour la Ville de Paris, le budget obtenu serait, pour 2 206 488 habitants (en 2015), de près de 141,7 millions d’euros. Rappelons que sur une mandature, soit six ans, la Ville de Paris consacre peu ou prou environ 80 millions d’euros à la restauration de son patrimoine religieux. Soit à peu près deux fois moins que ce village.

Prenons maintenant l’intégralité du prix de la restauration de l’église, soit 137 000 €, et rapportons là également à la population de Cestayrols et à celle de Paris. Le montant équivalent pour la restauration des églises parisiennes serait de 643,16 millions. Inutile de dire qu’avec une somme pareille, qu’il suffirait d’ailleurs de répartir sur trois mandatures, les églises parisiennes seraient sauvées.

Didier Rykner

Notes

[1Remarquons que la réserve parlementaire, une somme disponible pour les députés et les sénateurs qui pouvaient ensuite la répartir à leur discrétion, a disparu en janvier 2018. Si l’on peut sans doute s’en féliciter pour la transparence de l’argent public, cette réserve parlementaire permettait souvent de subventionner des restaurations de monuments historiques. Une nouvelle source de financement pour le patrimoine disparaît ainsi.

Mots-clés

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.