Contenu abonnés

Boston acquiert un tableau de Victorine Meurent

2/11/21 - Acquisition - Boston, Museum of Fine Arts - Elle incarne l’iconique Olympia, elle est aussi la femme nue du Déjeuner sur l’Herbe, ou encore la Femme au perroquet. Victorine Meurent, « cette blonde rousse à la peau laiteuse » décrite par Jacques-Émile Blanche [1], apparaît dans les plus grands chefs-d’œuvre d’Édouard Manet, ceux-là qui firent scandale ou furent tout au moins abondamment commentés par la critique. « De la rencontre due au hasard d’un peintre et d’un modèle, combien de conséquences décisives sur le caractère de sa production ! » ajouta Blanche. Mais ce n’est pas Manet qui la découvrit. Avant lui, elle posa pour Thomas Couture et pour Alfred Stevens qui la représenta notamment dans deux tableaux intitulés l’un et l’autre Le Sphinx parisien, et peints…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.