Willumsen 1863-1958. Du Symbolisme à l’Expressionnisme Contenu abonnés


Paris, Musée d’Orsay. Du 27 juin au 17 septembre 2006.

Avertissement : Willumsen, étant mort en 1958, n’est pas tombé dans le domaine public. Seules deux photographies peuvent être publiées sans régler de droits aux héritiers, via l’ADAGP, et celles-ci doivent être retirées après la fin de l’exposition, faute de quoi il est nécessaire de payer pendant toute la durée de la mise en ligne, c’est à dire jusqu’à la fin éventuelle de La Tribune de l’Art (qu’on espère très lointaine). Cela illustre de manière évidente les problèmes auxquels a eu à faire face le site Etudes photographiques (voir brève du 1/7/06) et explique qu’il n’ait pu continuer à exister.
N’ayant pas vocation à fournir une rente aux héritiers Willumsen, nous ne publierons donc aucune photo d’œuvre de cet artiste. Des liens bien choisis permettront d’illustrer l’article. Cela nous conforte dans notre choix de ne pas traiter l’art des XXe et XXIe siècle. Si Willumsens était mort avant l’âge de 60 ans, ce problème ne se poserait pas, ce qui montre l’absurdité complète de la loi sur les droits d’auteur telle qu’elle existe actuellement.

Dans la lignée des expositions consacrées ces dernières années à des artistes étrangers, et tout particulièrement nordiques, le Musée d’Orsay rend hommage à un peintre méconnu en France en dépit du fait qu’il y séjourna plusieurs fois dans sa jeunesse et s’y installa définitivement en 1916. Ce peu de renommée de l’artiste auprès du grand public français est assez révélateur si l’on pense qu’il travailla pourtant en grande partie dans notre pays et qu’il y mourut en 1958. Il faut en effet remonter à 1987 lors de la remarquable exposition Lumières du Nord (Paris, Petit Palais), voire en 1976 (Paris, Grand Palais, Le Symbolisme en Europe), pour se souvenir d’œuvres (peu nombreuses) de Willumsen exposées dans la capitale. Cette rétrospective, avec tout ce que cela suppose d’intéressant et de moins intéressant, rend ainsi justice à une figure extrêmement singulière.

Le sous-titre de l’exposition, simplificateur par…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Expositions : Eugène Carrière / Gabriel Séailles – Echanges philosophiques et artistiques sur l’art du paysage

Article suivant dans Expositions : Caspar David Friedrich. Die Erfindung der Romantik (L’invention du Romantisme)