Vuillard. Catalogue critique et pastels Contenu abonnés


Auteur : Antoine Salomon et Guy Cogeval

jpg-public1-jpgL’exposition Vuillard bat son plein au Grand Palais. Ce n’est que justice. Car à l’ampleur du propos et du catalogue, au nombre d’œuvres réunies, se joint une muséographie raffinée, changeante comme l’art du peintre. Ses photographies sont enfin exhumées et la reconnaissance désormais acquise de la production tardive. Il s’agit, à plus d’un titre, d’une révélation. Simultanément paraît le catalogue de ses peintures, autre projet colossal, qui confirme son éminence.
Il est des peintres qui sortent sensiblement affaiblis, d’autres très diminués de l’épreuve du catalogue raisonné. Après lecture de l’ouvrage « babylonien », au dire des auteurs mêmes, qu’Antoine Salomon et Guy Cogeval font paraître aujourd’hui sous les auspices de l’Institut Wildenstein, Vuillard nous apparaît en revanche grandi et sa trajectoire à la fois plus cohérente et plus compréhensible. Voilà un peintre auquel l’exposition, fût–elle aussi ambitieuse et convaincante que l’actuelle rétrospective du Grand Palais, ne peut qu’imparfaitement rendre justice. Nous avons trop longtemps vécu sur l’idée que Vuillard, intimiste proustien, avait jeté le meilleur de lui-même dans ses vues abrégées, mais chaleureuses, d’un univers domestique ramené à quelques motifs inlassablement répétés, magnifiés et comme combinés de douce mélancolie. S’il sut émouvoir et même inquiéter en se bornant à montrer telle lectrice absorbée, telle couseuse solitaire, sous la lampe ou dans la lumière d’une fenêtre tamisée, Vuillard a eu le souci constant du grand décor, équivalent moderne du tableau d’histoire comme l’ont été aussi les derniers portraits. On a trop longtemps pris ses gammes journalières, pochades de réussite variable, pour l’admirable moisson d’un anachorète sans autre ambition que de transfigurer, à la manière de son cher Mallarmé, les êtres et les objets de son univers, à tous égards, intérieur.
Le présent livre, en inventoriant et reproduisant plus de 3000 peintures et pastels, en rapprochant pour la première…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Publications : Orfèvrerie orientaliste du XIXe siècle

Article suivant dans Publications : Catalogues des expositions Manet en 2003