Vous voulez voir Rubens ? Vous aurez Toutânkhamon Contenu abonnés


Depuis le 1er juillet dernier, les portes du Musée des Beaux-Arts de Valenciennes sont closes. Pas pour l’agrandir, le restaurer ou quelque autre raison qui pourrait justifier cette fermeture ; mais pour déménager les collections du musée et faire de la place pour l’exposition Pharaon. Homme, roi et dieu !

On se trouve ici au cœur du problème que nous dénonçons depuis plusieurs années : la culture de l’événement qui fait office d’événement culturel. Un musée n’est pas un centre d’expositions. Il est déjà discutable de cacher une partie des collections permanentes pour organiser une rétrospective, même si cela peut, à la limite, se comprendre pour un établissement ne disposant pas de salles d’expositions. Il faut alors que celle-ci soit à la hauteur, c’est à dire qu’elle présente un…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Éditorial : Le goût du faux

Article suivant dans Éditorial : Histoire de l’art, patrimoine, écologie... et éoliennes