Vœux au monde de la culture : de qui se moque Jean-Marc Ayrault ?


On a beau être habitué à ce que les hommes politiques prennent les gens pour des imbéciles, il arrive que l’on soit encore étonné d’entendre le cynisme de certains discours. Ont-ils un tel mépris des citoyens qu’ils pensent pouvoir leur mentir non seulement avant les élections mais également après, lorsqu’ils ont fait la preuve indubitable et parfaite de leur double langage ? C’était le cas du précédent Président de la République mais jamais sans doute encore à un tel niveau.

Rappelons les faits, indubitables, parfaitement vérifiables par tous. Le budget du ministère de la Culture a baissé de 4,3% en 2013 par rapport à 2012. Celui de la mission patrimoine, c’est-à-dire des musées et des monuments historiques, s’est encore bien davantage dégradé puisqu’il a perdu 9,8 %. Et ceci malgré la promesse solennelle de François Hollande, faite le 19 juillet 2012 et renouvelée au moment du Salon du livre, de le maintenir. Le futur Président de la République avait même déclaré que « La crise ne rend pas la culture moins nécessaire, elle la rend plus indispensable. La culture, ce n’est pas un luxe dont, en période de disette, il faudrait se débarrasser. La culture c’est l’avenir, c’est le redressement, c’est l’instrument de l’émancipation et le moyen de faire une société pour tous. » On ne saurait mieux dire.

Or, le premier ministre, Jean-Marc Ayrault, parlant d’ailleurs au nom du président, vient de récidiver à Marseille où il présentait ses vœux au monde de la Culture (on pourra lire son discours ici).
Il a réitéré le mensonge de 2012 en affirmant : « je tiens à confirmer l’engagement du Président, de préserver en 2013 la création, le patrimoine, et le spectacle vivant ». Comment préserve-t-on le patrimoine en diminuant son budget de presque 10% ? Cela, le Premier ministre de l’a pas dit. Mais il a aussi osé affirmer solennellement, sans rougir : « Investir dans la culture, ce n’est pas simplement dépenser, c’est au sens propre du terme investir, c’est à dire préparer l’avenir » ! Jean-Marc Ayrault a raison, sauf que son gouvernement fait exactement le contraire. Il désinvestit, il met notre patrimoine en péril, et il prévoit de continuer à le faire. Car qui croira un instant sa nouvelle promesse : « Nous veillerons donc, dans le cadre des exigences budgétaires encore plus rigoureuses qui seront les nôtres dans les années qui viennent, à garder en tête cette dimension économique qui est au cœur de l’activité culturelle en général et des industries culturelles en particulier. »

Ce déni de la réalité signifie seulement que Jean-Marc Ayrault et François Hollande se moquent du monde de la culture. Nous avons lancé il y a plusieurs semaines une pétition pour le maintien du budget de la culture en 2013 comme cela avait été promis. Malgré sa réussite (plus de 5500 signatures réunissant des personnes venant de tous les horizons du monde culturel), elle n’a pas été largement médiatisée. Ce n’est pas grave car nous la maintenons au moins jusqu’au prochain exercice budgétaire pour lequel nous persistons à demander le retour au budget 2012, et non les réductions drastiques qui sont encore prévues (et qui touchent encore davantage le patrimoine). Vous pouvez donc, si vous ne l’avez déjà fait, signer et la faire circuler. Vous montrerez ainsi que vous n’êtes pas dupe des fausses promesses de nos gouvernants.


Didier Rykner, samedi 12 janvier 2013




Tip A Friend  Envoyer par email
imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Éditorial : La tour de Pierre Cardin : une verrue sur Venise

Article suivant dans Éditorial : Moi, Président de la République, je nommerai Martine Aubry à la tête du Louvre !