Versailles est aussi un château Louis-Philippe


JPEG - 78.9 ko
1. Louis Petitot (1794-1862 et
Pierre Cartellier (1757-1831)
Statue équestre de Louis XIV
Versailles, Château
Photo : Didier Rykner
Voir l'image dans sa page

Dans un guide de Versailles, publié en 1985 et dû à Gerald Van der Kemp, Simone Hoog et Daniel Meyer, on pouvait lire à propos des cours du château :

« Depuis un certain nombre d’années, on s’efforce de restituer à ces cours, dans la mesure du possible, l’aspect d’autrefois. En 1980, la Cour de Marbre a été remise à son niveau d’origine, permettant de la revêtir d’un pavement, relativement proche de celui du XVIIe siècle.
On peut espérer voir plus tard retirer la statue équestre de Louis XIV, puis remettre les grilles qui séparaient la cour d’Honneur de la Cour Royale. Ainsi la hiérarchie des trois cours serait rétablie
. »

Ce qui n’était qu’un vœu est très proche de devenir une réalité. Dans le cadre des travaux que nous avons annoncé ici même (voir brève du 31/10/03), il est prévu de déplacer la statue de Louis XIV (ill. 1), due à Louis Petitot (le roi) et à Pierre Cartellier (le cheval) et mise en place en 1837, afin de reconstituer la grille fermant la Cour Royale. Mais nous sommes en 2003, pas en 1985. Et ces vingt dernières années la réhabilitation du XIXe siècle a progressé. Il est étrange que l’on puisse aujourd’hui poursuivre de tels projets.

JPEG - 47.7 ko
2. Horace Vernet (1789-1863)
Louis-Philippe et ses fils devant le château de Versailles en 1846
Huile sur toile - 367 x 394 cm
Versailles, Musée National du Château
Photo : Didier Rykner
Voir l'image dans sa page

Car une fois de plus, on souhaite détruire un état historique existant pour revenir à un état qui n’a jamais existé1. De quoi s’agit-il au juste ? Restituer le Versailles de Louis XIV ? Mais il faut en ce cas abattre l’aile Gabriel, construite sous Louis XV. Retrouver l’état de 1789 ? Si l’aile Gabriel peut alors être conservée (la grille ne fut détruite qu’à la Révolution), il est nécessaire de mettre bas le pavillon Dufour, qui répond à l’aile Gabriel et qui a été construit sous Louis XVIII. L’absurdité d’un tel raisonnement saute aux yeux. Cela n’interdit pas les promoteurs du projet de l’utiliser puisqu’ils prétendent revenir au Versailles de 1789.

La statue de Louis XIV a été mise en place par Louis-Philippe. Il s’agit d’un geste politique important, historique. Dans le portrait d’Horace Vernet montrant le roi des Français et ses fils sortant à cheval de Versailles (ill. 2), il y a un repentir : Louis-Philippe était, à l’origine, peint au centre. Le léger décalage que l’on constate aujourd’hui dans la peinture est dû à sa volonté de poser devant la sculpture de Louis XIV et d’apparaître ainsi à la fois comme l’héritier légitime du Roi Soleil, mais aussi de montrer que Versailles est toujours la demeure royale.


JPEG - 94.2 ko
3. Vue actuelle de la grille du château de Versailles
Photo : Didier Rykner
Voir l'image dans sa page

Qu’on le veuille ou non, Versailles est aussi un château d’époque Louis-Philippe. Va-t-on, demain, détruire la galerie des Batailles pour reconstituer les appartements qui s’y trouvaient ? La réponse est évidemment négative. Alors pourquoi vouloir reconstituer à l’extérieur ce qui est détruit depuis plus de deux siècles. L’état actuel date, presque entièrement, de Louis-Philippe (ill. 3). Laissons-le tel qu’il est. La recréation des grilles ne sera rien d’autre qu’une mise en scène, fort coûteuse de surcroît. Lorsque l’on pense à tous les bâtiments en péril que l’on ne peut sauver faute d’argent, on reste étonné par de telles entreprises.


Didier Rykner, lundi 15 décembre 2003


Notes

1Un exemple beaucoup plus grave (hélas, il est trop tard pour revenir en arrière), est dénoncé à juste titre dans le numéro de décembre 2003 de L’œil sous la plume de Sophie Flouquet : il s’agit de la reconstruction (comment l’appeler autrement) de l’Hôtel de Beauvais par l’architecte en chef des Monuments Historiques Bernard Fonquernie.





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Débats : L’art et la bannière - Outrage au Panthéon

Article suivant dans Débats : A propos de la Vieille Italienne de Théodore Géricault