Vatican. La chapelle Sixtine. Le Quattrocento Contenu abonnés


Auteur : Arnold Nesselrath

jpg-couverture_sixtine-jpgCe livre, le deuxième de la collection « Vatican » chez FMR, fait le point, à l’aide de somptueuses photographies, sur les dernières découvertes à propos de la chapelle Sixtine.

Deuxième volume de la collection « Vatican » publiée par les éditions FMR, La chapelle Sixtine s’annonce déjà comme un grand livre. Construite à la fin du XVe siècle à l’initiative du pape Sixte IV Della Rovere (1471-1484), la chapelle Sixtine occupe dans l’histoire du catholicisme romain une place particulière. Depuis le XVIIe siècle, lors de chaque conclave, elle accueille les cardinaux chargés d’élire le futur pape. Haut-lieu de la vie institutionnelle et spirituelle de l’Eglise, elle est aussi célèbre pour sa décoration. Les fresques de Michel-Ange sont bien connues, celles du plafond , commandées par le pape Jules II Della Rovere (1503-1513), et celle du mur au-dessus de l’autel réalisée pour Paul III Farnèse (1534-1549), près de vingt-trois ans plus tard. Mais les murs de la Sixtine : qui connaît leur histoire ? Les meilleurs artistes florentins et ombriens, Botticelli, Ghirlandaio, Cosimo Rosselli, Pérugin et leurs collaborateurs ont pourtant peint sur chacun d’eux, entre 1481 et 1482, l’un des plus extraordinaires cycles décoratifs du Quattrocento. C’est le sujet même de ce livre. Son auteur, Arnold Nesselrath, revient dans une introduction particulièrement érudite sur le déroulement du chantier et sur le rôle de chacun des peintres. On apprend notamment que l’intervention de Pinturicchio aux côtés de Pérugin n’est pas aussi évidente qu’on a pu l’affirmer parfois – Arnold Nesselrath émet d’ailleurs de sérieuses réserves sur cette collaboration – et que la datation des deux dernières fresques du mur Est réalisées par Hendrik Van den Broeck (La Résurrection du Christ) et Matteo da Leccio (La Dispute autour du corps de Moïse) doit être considérée avec la plus extrême prudence. Une fois ces observations scientifiques prises en compte, les fresques, photographiées après leur restauration qui s’est achevée pour les cérémonies du Jubilé de l’an 2000, sont présentées séparément. D’abord, le cycle de Moïse sur la paroi Sud puis la vie du Christ sur la paroi Nord. Mais revenons à l’histoire de ce chantier…

Histoire du chantier : nouvelles hypothèses1


JPEG - 64.5 ko
1. Sandro Botticelli et atelier
Le Châtiment de Coré, Datan et Abiram (détail)
Vatican, chapelle Sixtine
Voir l'image dans sa page

Au cours de l’année 1477, le pape Sixte IV Della Rovere décide de faire construire une nouvelle chapelle dans le palais du Vatican. Jusqu’à ces dernières années, on pensait qu’il avait fait démolir l’ancienne chapelle médiévale pour édifier le nouveau bâtiment que nous connaissons aujourd’hui. Or, des recherches récentes ont montré qu’il fallait envisager l’histoire de la chapelle Sixtine sous un angle quelque peu différent : les murs de la chapelle médiévale n’ont pas été abattus, du moins pas dans toute leur hauteur. Les plafonds ont été rénovés et appuyés sur un système de voûtes…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Publications : Le maniérisme : une avant-garde du XVIe siècle

Article suivant dans Publications : Grandes collections de la Russie impériale