Urbano Fos, pintor Contenu abonnés


Auteur : Fernando Benito Doménech

jpg-urbano_fos-jpg Parce que le ténébrisme du début du XVIIe siècle était un art du peuple et non pas un art de Cour, il a pu produire, dans de petites villes et hors des capitales artistiques habituelles, des peintres réalistes appréciés aujourd’hui pour leur sincérité rustique comme par exemple Guy François, les Tassel, Josefa de Óbidos, et certains peintres lombards, de Séville, ou des Marches. Désormais le nom d’Urbano Fos sera à mettre sur cette liste grâce à la rétrospective organisée au printemps 2003 au musée de Castellón de la Plana, à quelques dizaines de kilomètres de Valence en Espagne, par Ferran Olucha Montins et Fernando Benito Doménech. Depuis 25 ans, ces deux spécialistes ont donné à des revues locales nombre de publications sur des documents ou de nouvelles attributions concernant cet…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Publications : L’éloquence de la couleur ou le génie des émules de Bonington

Article suivant dans Publications : Animaux étranges et fabuleux. Un bestiaire fantastique dans l’art