Contenu abonnés

Une visite au Musée Réattu

2 2 commentaires

Si le Musée Réattu ne possède pas une importante collection d’œuvres anciennes et du XIXe siècle, il n’en est pas pour autant dépourvu : outre le très important fonds de l’artiste éponyme, il conserve plusieurs tableaux d’Antoine Raspal, plusieurs peintures anciennes dont un portrait par Simon Vouet, six tapisseries de la tenture des Sept Merveilles du Monde, ou encore quelques peintures néoclassiques.

Que de nombreuses œuvres de Réattu, les tapisseries des Merveilles du Monde ou certains tableaux italiens ne soient pas exposés au public est une chose. Que les conditions de visite de celles qui le sont soient aussi déplorables en est une autre. Voici en effet comment se déroule la visite en ce mois de juillet 2022 (nous nous y sommes rendu le jeudi 7 juillet).


1. Guillaume Marius Dieudonné (1827-1897)
Buste du graveur Jean-Joseph Balechou, 1878
Marbre - 105 x 70 x 45 cm
Exposé presque sur le sol. On ne peut pas monter
sur le socle, mais on peut toucher le buste...
Arles, Musée Réattu
Photo : Didier Rykner
Voir l´image dans sa page

Dans la première salle (ill. 1), on présente notamment un dispositif à destination des aveugles et mal voyants (« Le musée au bout des doigts »), ce qui est une initiative tout à fait louable. Certains musées permettent ainsi de toucher des sculptures. Mais celles-ci sont toujours des reproductions afin qu’elles puissent être touchées sans que cela ne nuise à leur conservation. Car si cette expérience est très agréable et enrichissante, même pour ceux qui ont la chance d’avoir leurs yeux, cela ne peut être fait sur un original, quelle que soit sa technique, même en marbre ou en bronze. Les doigts ne sont en effet pas une surface propre : en touchant une œuvre, on y dépose de la sueur, de la graisse, des sels…, toutes substances qui peuvent être agressives pour le matériau. Évidemment, une personne qui touche à main nue, si cela reste exceptionnel, ne va pas la dégrader. Mais si ce geste est répété fréquemment, les…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.