Une toile d’Adolphe Willette acquise par le musée de l’Isle-Adam


JPEG - 91.4 ko
1. Adolphe Willette (1857-1926)
Adieu au XIXe siècle, vers 1885
Huile sur toile - 164 x 90 cm
L’Isle-Adam, Musée d’Art et
d’Histoire Louis-Senlecq
Photo : MAH Louis-Senlecq

4/4/14 - Acquisition - L’Isle-Adam, Musée d’Art et d’Histoire Louis-Senlecq - « Je cherche fortune / Tout autour du Chat noir / Au clair de la lune / A Montmartre le soir ». Comme un écho à la ballade d’Aristide Bruant, Willette a peint la Fortune, sous les traits d’une jeune femme simplement vêtue de bas noirs qui ne font que souligner sa nudité et lui donnent des airs de fille de joie. Autour d’elle, des chats noirs.

Intitulée Adieu au dix-neuvième siècle ou Passage de Venus devant le Soleil1, la toile avait disparu, connue seulement par une reproduction en noir et blanc. Elle a reparu dans une vente de Sotheby’s à Londres le 6 mars dernier et a été adjugée 18 750 livres au profit du musée d’Art et d’Histoire Louis-Senlecq de L’Isle-Adam. Cette acquisition tombe à point nommé pour le musée qui consacrera à l’artiste sa première exposition monographique, « Adolphe Willette, 1857–1926. J’étais bien plus heureux quand j’étais malheureux », du 15 juin au 23 septembre 2014, avec quelque 250 œuvres réunies pour l’occasion. Ce projet est en lien avec les collections, où l’on trouve plusieurs œuvres d’Adolphe Willette (1857-1926) qui vécut un temps à L’Isle-Adam.

JPEG - 168.8 ko
2. Adolphe Willette
Illustration de Feu Pierrot,1919
Paris, H. Floury Editeur

Entouré de chats noirs, Pierrot - auquel s’identifie l’artiste - se tient debout dans un paysage sombre dominé par les silhouettes inquiétantes de moulins. Les poches de son pantalon retournées évoquent son dénuement et son visage suppliant est levé vers la Fortune, assise dans un halo doré et sur un char tiré par des hannetons. Elle semble tenir d’une main indolente les rênes de son équipage comme une Parque saisirait le fil d’une vie ; assis derrière elle, un amour coiffé d’un haut-de-forme la protège avec une ombrelle japonaise aux couleurs vives. Le char, fleuri, est entraîné sur une portée de notes de musique où se tient également un chat noir hérissé.

Cette peinture est liée à une gravure publiée dans l’autobiographie de Willette, Feu Pierrot (1919), qui obéit à une composition similaire ; le halo cependant est remplacé par une pièce de 20 francs arborant la date de 1882. Cette gravure - que l’on ne connaît que par sa reproduction dans l’ouvrage - est probablement antérieure à la peinture. L’artiste a repris le sujet sur cette toile de grand format qui rappelle le célèbre Parce Domine (1884, Paris, Musée Montmartre), icône de la bohème de Montmartre peinte pour le Chat noir. Le titre de cette autre peinture reprend une antienne de la période du carême : « Parce, Domine, parce populo tuo / Ne in aeternum irascaris nobis » (« Épargne, Seigneur, épargne ton peuple / Ne sois pas irrité éternellement contre nous »). On retrouve les motifs du pierrot, du moulin aussi dont « les ailes en portées de musique tournent au clair de la lune reflet de la mort » déclare Willette lui-même, ajoutant que, « le peuple des Pierrots est toujours bien à plaindre ». Le Parce Domine est le seul décor que l’on conserve aujourd’hui. Anne-Laure Sol suggère que L’Adieu au dix-neuvième siècle, à cause de son format, de son style et de son iconographie, ornait également le Chat noir ou peut-être un autre cabaret, Willette en ayant décoré un certain nombre, jusqu’au Moulin rouge.

English version


Bénédicte Bonnet Saint-Georges, samedi 5 avril 2014


P.-S.

9/4/14 : Slaven Perović nous signale que la toile et la gravure s’intitulent Passage de Venus devant le Soleil. La gravure est faite pour le portefeuille Pauvre Pierrot de 1887, c’est la 35e image. Lire son article « Adolphe-Léon Willette : drawing C’est un conte blanc and portfolio Pauvre Pierrot from the Mimara Museum », Studije Muzeja Mimara n°39, 2011.


Notes

1Voir le post-scriptum ajouté le 9/4/14.





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Deux achats du Louvre au Salon du Dessin

Article suivant dans Brèves : Des expositions de dessins à Paris (3)