Une Tête de Christ de Charles Daverdoing au Musée d’Arras Contenu abonnés


29/10/07– Acquisition – Arras, Musée des Beaux-Arts – Charles Daverdoing, un élève du Baron Gros d’origine belge, installé avec sa familles à Arras à l’âge de sept ans, n’eut guère de chance avec la postérité. La plus grande partie de ses œuvres, conservées dans les édifices religieux de la ville et au musée municipal, disparurent en 1914. Les peintures de la coupole de la chapelle de la Vierge dans la cathédrale, son seul décor mural, furent également détruites. On ne connait donc pas grand chose de l’artiste dont le nom serait complètement oublié si une notice très détaillée ne lui avait pas été consacrée dans Arras et l’Art au XIXe siècle1. Même une toile conservée dans une église de l’Essonne, à Etiolles, Sainte Anne et la Vierge, est portée manquante. Citons tout de même le carton…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Un cuivre d’un « suiveur de Rembrandt » adjugé 2,2 millions de livres

Article suivant dans Brèves : Une importante donation de tableaux à la National Gallery et à la Tate