Une terre cuite d’Henri Chapu achetée pour le musée de Melun


JPEG - 52.1 ko
Henri Chapu (1833-1891)
Hérold, 1881
Terre cuite - 72 cm
Melun, Musée d’Art et d’Histoire
Photo : MAH de Melun

13/9/16 - Acquisition - Melun, Musée d’Art et d’Histoire - Artistes, savants, hommes politiques... Des personnages plus ou moins célèbres scandent la façade de l’Hôtel de Ville de Paris, sculptés par des artistes plus ou moins renommés. Beaucoup de ces statues datent du début des années 1880. L’édifice en effet, après avoir été incendié pendant la Commune, fut reconstruit sous la Troisième République, entre 1874 et 1882, par les architectes Théodore Ballu et Édouard Deperthes ; le décor de la façade fut alors confié à plusieurs sculpteurs.
Sur le pavillon d’angle au sud, on trouve notamment un moraliste, La Bruyère, portraituré par Just Becquet, un peintre, David, représenté par Jean-Baptiste Baujault ou encore un compositeur, Hérold, sculpté par Henri Chapu, dont l’étude en terre cuite a récemment été acquise par le musée de Melun. L’œuvre a été achetée auprès de la galerie parisienne Elstir grâce aux Amis du musée et à une souscription publique.

Ferdinand Hérold (1791-1833), auteur de nombreux opéras-comiques, est présenté devant son piano, en contrapposto, occupé à déchiffrer une partition qu’il tient dans sa main gauche, la droite appuyée sur les touches de l’instrument. Sur le côté sont inscrits les titres de ses trois grands succès : Marie, Zampa et Le Pré-aux-clercs. Son visage aux pommettes saillantes, le nez long, le front large, le menton pointu, est reconnaissable et se retrouve sur les autres portraits du musicien, par David d’Angers ou par Jean-Pierre Dantan dans un buste qui n’a rien d’une caricature, contrairement à ce qu’on pourrait attendre de l’artiste.

Henri Chapu, né juste à côté de Melun, à Mée, fut l’élève de James Pradier, Francisque Duret et Léon Cogniet à l’Ecole des Beaux Arts à partir de 1849. Il remporta le Prix de Rome en 1855 et séjourna dans la Ville éternelle jusqu’en 1861 où il conçut Mercure inventant le caducée. Une autre de ses sculptures célèbres est Jeanne d’Arc à Domrémy (1872). Pour la décoration intérieure de l’Hôtel de Ville il réalisa par ailleurs La Moisson, destinée à la grande salle à manger, dont les peintures et les sculptures ont pour thème principal la Terre, mère nourricière de l’Humanité.
Beaucoup d’œuvres d’Henri Chapu animent par ailleurs les façades de bâtiments parisiens, des figures allégoriques, essentiellement, plutôt que des portraits comme c’est le cas pour l’Hôtel de Ville : La Cantate à l’Opéra Garnier, La Peinture au Palais Galliera ou encore les quatre Saisons au magasin du Printemps.


Bénédicte Bonnet Saint-Georges, mardi 13 septembre 2016





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : La Roche-sur-Yon acquiert une esquisse de Baudry

Article suivant dans Brèves : Trente-trois dessins offerts au Musée des Beaux-Arts de Rennes (1)