Une tapisserie des Gobelins pour Stockholm


JPEG - 266 ko
Octobre
Tenture des Mois de Lucas
vers 1712, manufacture des Gobelins
atelier de Jean Souet
Laine et soie - 287 x 277 cm
Stockholm, Nationalmuseum

15/10/14 - Acquisition - Stockholm, Nationalmuseum - C’est de saison, le Nationalmuseum a récemment acquis le Mois d’Octobre en laine et soie, tissé par les ateliers des Gobelins au XVIIIe siècle. Mise aux enchères le 20 mai 2014 par Christie’s à New York, la tapisserie a été adjugée 100 000 dollars.
Elle appartient à la tenture dite des « Mois de Lucas », qui doit son nom à Lucas de Leyde, auquel on attribue à tort les cartons originaux. Elle fut plus probablement conçue par un artiste flamand de l’entourage de Bernard van Orley autour de 1535 et tissée à Bruxelles et à Bruges.
Louis XIV possédant un exemplaire de cette suite (disparu à la Révolution), la manufacture royale des Gobelins la copia à de nombreuses reprises et la mit au goût du jour tout au long des XVIIe et XVIIIe siècles. Un ensemble complet réalisé en 1712 à la demande du roi Soleil fut ainsi offert en 1717 par Louis XV à Erik Sparre, ambassadeur de Suède à la cour de France (qui servit en outre dans les armées françaises), au moment où celui-ci s’apprêtait à retourner dans son pays. C’est de ce tirage qu’est issu le Mois d’Octobre qui vient d’entrer au musée de Stockholm.

Chacun des douze mois est évoqué par une scène de genre adaptée à la saison. Mars par exemple, est illustré par le jardinage et la pêche, Novembre par les semailles... Le mois d’Octobre est celui des vendanges. Une galante compagnie occupe le premier plan : des hommes et des femmes boivent du vin, assis devant un panier de raisins, tandis que d’autres personnages remplissent des paniers de vigne au second plan. La bordure, imposante, est animée de médaillons qui donnent l’illusion de bas-reliefs sculptés, les uns montrant des portraits de personnages en buste de profil, les autres des putti ou encore un chasseur. Ils sont reliés à des guirlandes de fleurs et de fruits par des peaux de lion.
Le château de Pau conserve deux pièces - les mois de Mars et de Février - similaires à celle-ci, tandis que le marché de l’art voit passer d’autres tissages avec des bordures différentes qui montrent l’évolution des goûts et le succès de cette tenture.


Bénédicte Bonnet Saint-Georges, mercredi 15 octobre 2014





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Préemption d’un ivoire de Pierre-Simon Jaillot par le Louvre

Article suivant dans Brèves : Samaritaine : un long martyre