Une souscription pour le Musée des Tissus de Lyon


JPEG - 345.5 ko

30/3/18 - Souscription - Lyon, Musée des Tissus et des Arts décoratifs - Le Musée des Tissus et des Arts décoratifs de Lyon étant sauvé, tout reste désormais à faire, et notamment nommer à sa tête un conservateur qui prendra soin de ses collections et mènera le projet scientifique et culturel. Les deux hôtels particuliers vont être restaurés pour un coût total des travaux estimé à 30 millions d’euros, ce qui est supérieur de dix millions à ce qui était récemment encore annoncé. Laurent Wauquiez, le président de la Région qui, quelles que soient ses motivations - amour de l’art ou volonté de damer le pion à Gérard Collomb - a bel et bien empêché sa fermeture et son démantèlement, a annoncé le 1er février dernier qu’il y mettrait finalement 24 millions d’euros, ce qui est considérable, sachant que l’État avait prévu pour sa part d’y consacrer 5 millions. Le seul absent pour l’instant est toujours la ville de Lyon !

Un comité scientifique a été mis en place, présidé par Sophie Makariou la présidente du Musée Guimet, qui s’était engagée pour la sauvegarde du musée et que nous avions interrogée lors de la longue enquête qui nous avait conduit à écrire le premier article documenté sur les risques qu’il courait. Stéphane Bern, décidément partout, et qui avait beaucoup soutenu le musée, présidera un comité d’honneur.
Une souscription a été lancée pour soutenir le musée, avec l’appui de Daniel H. Fruman qui avait initié la pétition, forte de 135 000 signataires. L’initiative est sympathique, même si nous ne sommes pas du tout convaincu par l’usage qui sera fait de la somme récoltée. Plusieurs paliers sont en effet prévus, qui déclencheront des actions qui vont de la moins utile à la plus utile, ce qui nous semble quelque peu paradoxal. Il est en effet prévu de consacrer les premiers 50 000 € réunis à mettre en place un dispositif de réalité virtuelle en 3D « qui permettra au public de découvrir les œuvres dans toutes leurs dimensions », ce qui reste un gadget ; puis, pour les 150 000 € suivants, il s’agira d’installer toutes sortes de bornes interactives dans le parcours muséal - des dispositifs qui peuvent être utiles mais qui sont parfois très envahissants ; ensuite, pour les 80 000 € au delà de 200 000, de produire des films pédagogiques sur la soie… Plus intéressante en revanche nous semble l’idée d’utiliser ces fonds pour numériser une partie du fonds graphique et des archives du musée - au delà de 280 000 €. Enfin, participer à « la restauration d’œuvres exceptionnelles qui n’ont jamais été présentées au public » ne sera mis en œuvre avec l’argent récolté qu’à partir de 450 000 €, alors que cela aurait dû être, à notre avis, le seul objectif de cette souscription, avec l’acquisition d’œuvres.

Quoi qu’il en soit, cette souscription est d’ores et déjà un succès qui témoigne de l’attachement que le public, et notamment les signataires de la pétition, portent au musée. Organisée en collaboration avec la plateforme Dartagnans, elle a déjà rapporté 50 000 €. Pour notre part, nous n’y pariciperons que si elle dépasse les 450 000 €, afin d’aider à la restauration des œuvres.


Didier Rykner, vendredi 30 mars 2018





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Une esquisse de Vincent acquise par le château de Pau

Article suivant dans Brèves : Un trompe-l’œil de Jean-Jacques Lequeu préempté par le Musée des Beaux-Arts de Rouen

Publicité Annonce Artcurial