Une sculpture napolitaine et une tapisserie de Beauvais offertes au Louvre Contenu abonnés


JPEG - 126.1 ko
1. Naples, deuxième moitié du XVIe siècle
La Flagellation
Marbre - D. 61 cm
Paris, Musée du Louvre
Photo : Sotheby’s

2/6/16 - Acquisition - Paris, Musée du Louvre - Après avoir participé à l’achat de la table de Teschen, voici que la Fondation La Marck se montre à nouveau généreuse envers le Louvre à qui elle a offert en 2015 une sculpture et une tapisserie. Cette fondation doit son nom à Robert IV de La Marck - duc de Bouillon, maréchal de France, gendre de Diane de Poitiers et beau-père de Jean de Luxembourg -, ayant été créée par un descendant de celui-ci. Sous l’égide de la Fondation de Luxembourg, elle a parmi ses objectifs la sauvegarde du patrimoine et l’enrichissement des collections publiques.

Adjugé 22 500 livres (frais inclus) dans la vente de la collection Winter organisée par Sotheby’s à Londres le 10 décembre 2015, le relief en marbre du XVIe siècle a été offert en hommage à Jean-René Gaborit qui a dirigé pendant vingt-cinq ans le département des Sculptures du Musée du Louvre. Ce tondo illustre la flagellation du Christ d’une manière bien surprenante puisque les deux bourreaux semblent compatir à la douleur de leur victime, et prendre conscience de sa nature divine : l’un soutient Jésus, l’autre a baissé son fouet et se penche sur lui. La relative douceur de leurs gestes contrastent avec leurs visages grimaçants.
L’œuvre a été vendue comme napolitaine, du milieu du XVIe siècle, une attribution qui est conforme à son style. La notice Sotheby’s la rapproche à raison de l’œuvre de deux sculpteurs : Giovanni da Nola et Annibale Caccavello. Tancrède Hertzog, qui travaille sur la sculpture napolitaine de la Renaissance, nous a confirmé cette proximité, soulignant le côté plus caricatural de Caccavello par rapport à Giovanni da Nola. On peut citer aussi comme comparaison un relief de la Résurrection du Christ conservé dans l’église Santa Caterina a Formiello à Naples. Si son auteur n’est pas connu et s’il s’agit certainement d’une œuvre d’atelier (le…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Les dernières acquisitions du musée de Limoges

Article suivant dans Brèves : Le sixième Festival de l’Histoire de l’Art, malgré grèves et inondations