Contenu abonnés

Une sculpture de l’entourage de Pereira acquise pour Valladolid

5/5/22 - Acquisition - Valladolid, Museo Nacional de Escultura - Né à Porto en 1588, le sculpteur Manuel Pereira mena toute sa carrière en Espagne, et plus particulièrement à Madrid. Dès 1624, il était signalé à Alcalá de Henares, chargé d’exécuter plusieurs sculptures pour la façade de l’église de la Compagnie de Jésus. Il travailla aussi bien la pierre que le bois, ce dont témoignent ses deux célèbres représentations de saint Bruno : la première, en bois polychrome, fut créée pour la chartreuse de Miraflores à Burgos avant 1635 ; la deuxième fut sculptée vers 1652 pour la façade de l’hospice des chartreux du Paular, rue d’Alcalá à Madrid, aujourd’hui conservée à l’Academia de San Fernando. La légende veut que Philippe IV fît ralentir son carrosse pour mieux admirer en passant le Bruno de pierre, et qu’il contemplât longuement le Bruno de bois dans la chartreuse, frappé par son réalisme. Un courtisan soucieux de lui plaire, lui aurait alors chuchoté : « Il ne lui manque que la parole. » Ce à quoi il aurait répondu : « S’il ne parle pas c’est parce qu’il est chartreux ».
Figure du Baroque espagnol, Pereira s’inscrivit ainsi dans le courant de la Contre-Réforme : il multiplia les représentations de saints en soignant l’éloquence de leurs gestes, l’expression de leur visage, le naturalisme de leurs traits, afin de les ancrer dans la réalité des fidèles. Il est en outre l’auteur de plusieurs Christ en croix qui influencèrent la sculpture madrilène de son temps, et conçut aussi des bustes de Jésus, vêtu du manteau de pourpre, coiffé de la couronne d’épines, les mains liées par une corde, conformément à l’iconographie de l’Ecce Homo. L’un d’eux, visible au Museo Nacional d’arte de Catalunya, le montre les yeux fiévreux levés au ciel et la bouche entrouverte.


1. Entourage de Manuel Pereira (1588-1683)
Ecce Homo
Bois polychrome - 33 × 64 cm
Valladolid, Museo Nacional de Escultura
Photo : Segre Subastas
Voir l´image dans sa page

Un autre,…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.