Une robe volante acquise par le Palais Galliera


JPEG - 82.8 ko
Robe volante vers 1730
Lampas fond gros de Tours broché soie verte,
filé et frisé métalliques argent
Paris, Palais Galliera, Musée de la Mode
Photo : De Baecque et associés

25/2/16 - Acquisition - Paris, Palais Galliera, Musée de la Mode - Alors que le Musée des Tissus est menacé de fermeture dans la ville des canuts, une robe magnifique des années 1730 a resurgi sur le marché, mise en vente par De Baecque & associés le 4 février, avec l’expertise de Raphaël Maraval-Hutin.
Adjugée 140 000 euros - un record pour une robe du XVIIIe siècle - elle a été préemptée pour le Musée Galliera. Elle se distingue par la préciosité du tissus - lampas jaune citron, tramé de fil d’argent et de soie verte -, par son excellent état de conservation et par sa provenance : elle aurait appartenu à Françoise de la Chaize d’Aix, épouse de Pierre-François de Montaigu qui fut ambassadeur de Louis XV à Venise entre 1743 et 1749 et prit à son service un secrétaire nommé Jean-Jacques Rousseau. La robe se trouvait jusqu’à ce jour au château de La Chaize, dans le Beaujolais, édifice construit sur les plans de Jules Hardouin-Mansart, avec un jardin élaboré par Le Nôtre.

Il s’agit d’une robe « volante, » en vogue dans les années 1725-1735, dont le Musée Galliera possède un autre exemple. Elle se présente comme un ample manteau porté sur une jupe. Une peinture de Jean-François de Troy, La Déclaration d’amour (1731), la montre sous plusieurs angles. On dit que cette forme fut mise à la mode par Madame de Montespan pour cacher ses grossesses. Quoi qu’il en fût, elle fit place après 1730 à la robe à la « française » à la taille plus marquée et sur laquelle on retrouve les même plis tombant dans le dos, qui seront surnommés « plis Watteau » et l’on comprend pourquoi lorsqu’on la rapproche des tableaux du maître. Le décor brodé d’argent décline des motifs plus ou moins exotiques alors à la mode : grenades, corbeilles de fleurs, feuilles dentelées et ce qui semble être un kiosque chinois.
Une exposition « Le XVIIIe au goût du jour » organisée par le Musée Galliera et présentée au Grand Trianon de Versailles du 8 juillet au 9 octobre 2011 confrontait des costumes du XVIIIe avec des créations du XXe siècle et donnait une idée de l’évolution des formes et de la mode. Actuellement c’est le Rijksmuseum qui consacre une exposition à la mode vestimentaire hollandaises de 1625 à 1960 et déploie des robes fastueuses influencées souvent par la France.


Bénédicte Bonnet Saint-Georges, lundi 29 février 2016





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Musée d’Art et d’Histoire : les Genevois disent non au projet de Nouvel

Article suivant dans Brèves : Azay-le-Rideau : restaurations et reconstitutions